Pascal Couchepin distingué au Liban

En tournée au Proche-Orient, le ministre de l'Intérieur a reçu jeudi le doctorat honoris causa de l'Université Saint-Esprit de Kaslik, institution maronite du Liban.

Ce contenu a été publié le 21 mai 2009 - 16:03

Dans son discours de remerciement, Pascal Couchepin a évoqué la crise économique mondiale et émis certaines réserves concernant les plans de relance des gouvernements.

Selon le ministre, dans une crise «où les gens prennent peur face à l'énormité des chiffres qui sont évoqués», il faut avant tout rétablir la confiance. «Il faut que les hommes et les femmes redécouvrent du sens à leur existence, et retrouvent le simple plaisir de bâtir ensemble - à travers leurs activités individuelles - une société plus juste et plus humaine», a-t-il dit.

«Je vois dans cette distinction la confirmation de l'affection, de l'intérêt intellectuel humain que je porte depuis toujours à votre pays, le Liban, et plus particulièrement aux communautés chrétiennes du Liban» a encore dit Pascal Couchepin.

L'Université Saint-Esprit de Kaslik, sur les hauteurs du Mont- Liban, a été fondée en 1961 par l'Ordre libanais maronite. Elle s'engage pour «le sauvetage de l'héritage culturel maronite», de rite catholique. Elle accueille actuellement 7000 étudiants. Pascal Couchepin est un ami du Père Louis Hage, doyen de la Faculté de musique et ancien recteur.

Le ministre effectue un voyage officiel au Proche-Orient durant le week-end de l'Ascension. Il quittera le pays du Cèdre après avoir rencontré vendredi le président libanais, le général Michel Sleimane ainsi que le président du Conseil des ministres, Fouad Siniora. Une discussion avec Nabih Berri, président de l'Assemblée nationale est également prévue au programme.

Après le Liban, Pascal Couchepin se rendra en Syrie samedi et dimanche. En tant que ministre de la Culture, il visitera le site archéologique Qasr al Hayr al-Sharqui, qui est notamment exploité par l'Université de Genève. Il rencontrera également pour des discussions politiques son homologue syrien Riad Naasan Agha ainsi que la vice-présidente Najah al-Attar.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article