Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Recherche: 2,5 milliards pour coopérer avec l'Europe

Un retour sur investissement de près de 100%... Ici, un cherceur en phytopathologie à l'EPF de Zurich.

(Keystone)

Le gouvernement veut poursuive sa coopération scientifique et technologique avec l'Union européenne, initiée dans les années 80.

Il demande au Parlement de débloquer 2,545 milliards de francs pour la participation suisse au 7e programme-cadre de recherche (2007-2013).

Le gouvernement souligne l'«expérience positive en matière de coopération européenne» pour justifier sa poursuite. Il s'agit d'une participation très efficace, a affirmé le conseiller fédéral Pascal Couchepin, ministre de l'Intérieur, devant la presse. La Suisse peut compter avec un retour sur investissement de la part de Bruxelles de près de 100%.

Les hautes écoles ainsi que les entreprises helvétiques doivent pouvoir continuer de travailler avec leurs partenaires au sein de l'UE. Actuellement, les fonds disponibles sont utilisés pour un tiers par les écoles polytechniques, et pour un peu moins d'un quart par les universités. Les parts s'élèvent à 18% pour les grandes entreprises et à 13% pour les PME, a précisé Pascal Couchepin.

Selon lui, il faut rester compétitif, assurer une certaine masse critique pour les projets de grande envergure et attirer les scientifiques du monde entier. Il en va de la recherche fondamentale, comme des glaciers et de l'électricité hydraulique, a commenté le ministre.

Pour répondre aux appels d'offre

La contribution financière dépend du PIB de la Suisse. Elle doit se monter à 2,36 milliards, soit 2,8 % du budget du 7e programme-cadre, qui avoisine les 55 milliards d'euros.

Le crédit d'engagement proposé comprend également les moyens destinés aux mesures nationales d'accompagnement (30 millions) et à la participation au projet ITER/Broader Approach de coopération euro-japonaise dans le domaine de la recherche sur l'énergie de fusion (51 millions).

S'y ajoute en outre une réserve pour compenser les fluctuations des PIB et des cours de change pendant les sept années du programme.

Le crédit doit entrer en vigueur le 1er janvier 2007 pour permettre aux chercheurs suisses de répondre aux premiers appels d'offre du programme. Le gouvernement demande donc au parlement d'examiner ses propositions sans attendre durant la session d'hiver.

swissinfo et les agences

Accords bilatéraux

Les accords bilatéraux I et II règlent les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) dans différents secteurs. L'UE est le partenaire ...

En bref

Les programmes-cadres de recherche sont le principal instrument de l'UE pour mettre en ouvre une politique communautaire en matière de science et de technologie. Les chercheurs suisses y participent depuis les années 1980.

Cette collaboration s'est d'abord faite projet par projet avec des droits restreints. Puis dès 2004, la coopération a été intégrale et de plein droit en vertu de l'accord bilatéral passé entre la Suisse et l'UE, et portant sur le 6e programme-cadre (2003-2006).

La Suisse participe ainsi à l'organisation des programmes et à la coordination des divers projets. Ses chercheurs sont assimilés à ceux de l'UE. Sa contribution pour 2006 s'est élevée à 230 millions de francs.

L'accord portant sur le 6e programme-cadre doit être renouvelé en vue de la participation au 7e programme. Des négociations avec l'UE seront conduites d'ici la fin de l'année sous la responsabilité du Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche.

Fin de l'infobox


Liens

×