Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sarkozy tend la main à la Suisse

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé que la Suisse serait la bienvenue au sein de l'Union européenne. Selon lui, il ne serait pas nécessaire de faire voter les Français pour accueillir la Confédération.

Jeudi soir le président de la République affrontait cinq journalistes en direct à la télévision pour tirer le bilan de sa première année au pouvoir.

Parmi les sujets abordés, sa proposition de réforme de la Constitution française, selon laquelle le référendum (sur l'élargissement de l'UE) est possible mais plus automatique. «Si demain les Suisses veulent faire partie de l'Europe, on ne va pas contester qu'ils sont européens», a déclaré le chef de l'Etat à l'appui de sa démonstration.

Parlant ailleurs de «nos amis Suisses», Nicolas Sarkozy a ajouté que les pays des Balkans devraient à son sens également entrer dans l'UE et que là non plus, il ne serait pas nécessaire de consulter les Français.

Le président a en revanche réaffirmé son opposition à une adhésion de la Turquie. «J'ai toujours été opposé à l'entrée de la Turquie en Europe. Je ne veux pas de l'automaticité du référendum mais si la question se pose alors que moi-même je suis président de la République je ferai un référendum sur la seule question de la Turquie», a-t-il affirmé.


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×