Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un flot de critiques sur les droits des étrangers

Examinée jeudi par le Conseil des droits de l'homme, la Suisse a essuyé de nombreuses critiques concernant le traitement des étrangers et des migrants.

Soumis pour la première fois à l'«examen périodique universel» (EPU) introduit par le Conseil des droits de l'homme lors de sa création il y a deux ans, le pays a été épinglé pour plusieurs problèmes en matière de droits humains au niveau de sa politique migratoire, des discriminations raciales et des relents xénophobes de certaines campagnes politiques.

La votation du 1er juin prochain sur la naturalisation a notamment suscité de nombreuses interrogations. La Belgique, la Norvège et la Finlande se sont ainsi inquiétées des conséquences d'une éventuelle acceptation de l'initiative de la droite nationaliste par le peuple. Ces pays ont estimé qu'elle contreviendrait aux obligations internationales de la Suisse.

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a répondu que la conformité de l'initiative au droit international a été vérifiée au préalable. Elle a également précisé qu'en cas d'acceptation, l'initiative fera l'objet d'une loi d'application votée par le Parlement.

Les 192 Etats membres de l'ONU doivent se plier tous les quatre ans à l'EPU. L'examen se déroule pendant trois heures. Chaque pays reçoit des questions et des recommandations de la part des autres Etats présents et d'une coalition d'ONG et peut y répondre au travers d'un dialogue interactif.


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.