Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un large élan pour combattre la misère

Symbole de la lutte contre la misère, des bannières blanches ont été déployées dans les rues de Berne.

(Keystone)

De nombreuses actions ont marqué en Suisse la 20e Journée mondiale du refus de la misère. Une première à cette échelle.

Principal acteur de la Journée, le collectif «0,7% ensemble contre la pauvreté» et les 60 organisations qui le composent exigent un effort accru de la part de Suisse. A travers une pétition notamment.

A Berne, Micheline Calmy-Rey a écouté les doléances et les témoignages d'une cinquantaine de personnes en situation d'exclusion sociale.

«Tous ne participent pas» au partage des richesses en Suisse alors que le pays a une économie florissante et «ça n'est pas normal», a indiqué la présidente de la Confédération au terme de l'entretien, qui a duré une heure. Elle a promis un suivi à ses interlocuteurs.

Le président du mouvement ATD Quart Monde Suisse à l'origine de cette rencontre, Hans-Peter Furrer a demandé un montant minimal incompressible pour l'aide sociale.

L'ONG souhaite aussi que les jeunes sans perspective d'emploi ne soient pas abandonnés, et que l'on instaure un dialogue à l'école sur la pauvreté, ainsi qu'une stratégie et une conférence nationale.

Toute la journée, des manifestations ont été organisées dans plusieurs pays. En Suisse - où un million de personnes vivent dans la pauvreté, selon l'œuvre d'entraide Caritas -, des drapeaux blancs, symbole de la lutte contre la pauvreté, ont été accrochés aux façades de plusieurs bâtiments.

Funambule

Des marches de solidarité ont eu lieu à Lausanne et à Lucerne et plusieurs action étaient organisées à Fribourg, Genève, Berne, Bâle, Lugano ou Delémont.

«Nous voulons attirer l'attention sur le fossé toujours plus grand entre la pauvreté et la richesse», a déclaré à Berne Pepo Hofstetter, d'Alliance Sud, collectif chargé de coordonner la journée d'action.

Toujours dans la capitale fédérale, le funambule David Dimitri, fils du célèbre clown Dimitri, a traversé la place fédérale sur un fil à 17 mètres de hauteur pour symboliser le soutien sur lequel il faut pouvoir compter, «sur le fil comme dans la vie».

Pétition

A l'origine d'une grande partie des manifestations, le collectif «0,7% - ensemble contre la pauvreté» regroupe plus de 60
organisations de tous horizons.

Au coeur de leur campagne, une pétition qui exige que la Suisse réalise ses promesses en faveur des objectifs du Millénaire de l'ONU et augmente progressivement son aide à 0,7% du produit national brut. Plus de 60'000 signatures ont déjà été récoltées.

De l'Union syndicale suisse à Action de Carême, plusieurs ONG ont rappelé mercredi cet engagement de la Confédération. «C'est important que la Suisse se montre solidaire», a déclaré Micheline Calmy-Rey. Elle a rappelé que le gouvernement réexaminerait sa stratégie sur la question en 2008.

ATD Quart Monde était également au coeur des commémorations au Palais des Nations à Genève.

La voix des jeunes

Pendant ce temps, au siège principal de Nation Unies à New York, le secrétaire général Ban Ki-moon et le président de l'Assemblée générale Srgkan Kerim ont rencontré les jeunes de 18 pays, dont le groupe permet à la jeunesse de disposer d'une voix au sein de l'organisation mondiale.

«Pour moi, il est très important de rappeler aux Etats leurs responsabilités face aux objectifs du Millénaire», a confié à swissinfo Adina Rom, 22 ans, qui avec deux camarades représente cette année la Suisse au sein de ce groupe..

«Je ne peux pas rester indifférente à ce qui se passe dans le monde. Nous les jeunes, nous devons aussi prendre nos responsabilités», a ajouté la Zurichoise, qui étudie actuellement les sciences politiques à Genève.

Sarkozy et Benoît XVI

A Paris, le président français Nicolas Sarkozy a confirmé sa volonté de réduire la pauvreté d'un tiers en cinq ans en France. Au Vatican, le pape Benoît XVI a exprimé son «affection» à «toutes les personnes qui doivent affronter des conditions de vie difficiles».

Quelque 140'000 personnes dans le monde ont signé une déclaration de solidarité diffusée sur Internet, lancée en mai 2006 et lue mercredi à Berne. Plusieurs parlementaires fédéraux socialistes ou démocrate-chrétiens, des responsables culturels et des représentants des oeuvres d'entraide figurent parmi les signataires suisses.

swissinfo et les agences

Le 17 octobre

Le 17 octobre 1987, à l'appel de Joseph Wresinski, fondateur d'ATD Quart Monde, 100'000 défenseurs des droits de l'homme se réunissent à Paris pour dire leur refus de la misère et appeler l'humanité à agir.

Une dalle rendant hommage aux victimes de la misère est inaugurée sur le parvis des libertés et des droits de l'homme du Trocadéro, lieu de la signature de la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948.

Cinq ans plus tard, l'assemblée générale des Nations unies proclame le 17 octobre Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté.

Depuis, les initiatives – marches, expositions et autres - ne cessent de se multiplier à travers le monde pour célébrer le 17 octobre. Objectif: donner la parole aux plus pauvres et soutenir les efforts de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.