Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Portes ouvertes sur la culture juive

Une journée qui vise à la compréhension de la culture et de la religion juives.

(Keystone)

Sept villes suisses participent ce 3 septembre à la Journée européenne de la culture juive. Thématique 2006: «Les itinéraires européens du patrimoine juif».

La possibilité pour chacun de visiter synagogues, cimetières, bains rituels et musées devrait permettre de mieux saisir la culture juive.

La 7ème édition de la Journée européenne de la culture juive a lieu cette année dans 30 pays européens. En Suisse, des événements sont proposés à Bâle, Berne, Zurich, Endingen Lengnau, Genève, Delsberg et La Chaux-de-Fonds.

But de l'événement: apporter un éclairage présent sur la culture, la religion et l'histoire des juifs en Europe en général et en Suisse en particulier.

Offre variée

Alors que les synagogues de La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel) et Delémont (canton du Jura) ouvrent leurs portes aux visiteurs, à Genève, des organisations juives proposent aux visiteurs des expositions, des concerts, des contes ou des conférences.

La Maison juive, ouverte depuis 52 ans, est accessible au public pour la première fois, indique la Communauté israélite de Genève. Des visites sont également menées à la synagogue, dans les cimetières et à la bibliothèque juive. Une visite de l'ancien ghetto du Moyen Age, en vieille ville, est conduite à bord d'un petit train.

Bâle propose notamment de traverser la frontière française pour se rendre dans un cimetière juif, fondé en 1673, et situé dans le village alsacien de Hegenheim. A Bâle toujours, pour ses 40 ans, le 'Musée juif de la Suisse' inaugure une exposition intitulée «Ins Licht gerückt» (Dans la lumière).

À Zurich, où vit la majeure partie des 20.000 juifs de Suisse, sont organisés des tours de ville à travers des hauts-lieux locaux de l'histoire juive.

«Itinéraires européens du patrimoine juif»

«L'idée de base est de pouvoir visiter les lieux où les juifs ont habité et œuvré, et donc d'en apprendre davantage à ce propos», explique Nadia Guth Bisaini, coordinatrice de l'événement au niveau helvétique.

A Bâle et à Endingen-Lengnau (canton d'Argovie), les synagogues seront désormais ouvertes aux non-juifs les premiers dimanches de chaque mois. Selon Nadia Guth Bisaini, les visiteurs sont en général des gens qui ont simplement envie de découvrir, une fois, une synagogue.

«Souvent, ils ne savent que très peu de choses du Judaïsme, de la foi juive. Lors de telles visites à Bâle, j'ai constaté qu'il fallait reprendre les explications tout au début», relève-t-elle.

En arrière-fond, la situation au Proche-Orient

Evidemment, ce genre d'événements ne peut pas se dérouler sans que la situation au Proche-Orient ne soit présente dans notre esprit, constate Nadia Guth Bisasini. «Mais en Suisse, généralement, on établit une distinction entre les juifs vivant ici et l'Etat d'Israël», dit-elle.

En Suisse aussi, l'antisémitisme existe. Celui-ci est en général provoqué par la situation économique, selon la coordinatrice. «Si la situation économique est mauvaise, des attaques se développent, en général selon les vieux clichés», relève Nadia Guth Bisasini.

Aucune mesure de sécurité particulière n'a été prise pour l'occasion. «Il y a toujours une surveillance dans les synagogues, ainsi qu'au musée juif», dit-elle, avant d'ajouter: «Ceux qui sont dangereux, ce sont les hommes qui posent des bombes. Et pour le moment, la Suisse a été épargnée».

swissinfo, Etienne Strebel
(Traduction swissinfo)

Faits

A cette 7ème édition de la Journée européenne de la culture juive participent la Suisse, ainsi que la Belgique, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, le Danemark, l'Allemagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie, la Croatie, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Russie, la Suède, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie, l'Espagne, la Tchéquie, la Turquie, la Hongrie et l'Ukraine.

Fin de l'infobox

En bref

La journée européenne de la culture juive trouve son origine dans une journée portes ouvertes organisée en 1996 dans le département alsacien du Bas-Rhin, visant à attirer l'attention sur des monuments juifs de la région.

Elle prend une dimension européenne en 1999: cette année-là, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Suisse se joignent à l'Alsace.

En 2005, ce sont plus de 100.000 personnes (3000 en Suisse) qui, dans 26 pays, visitent des lieux de culte et divers monuments juifs.

Ces visites dans le passé et le présent de l'histoire juive sont organisées à l'aide des communautés juives, des associations, des fédérations, des musées et avec le soutien de bénévoles.

Eines der längerfristigen Ziele ist es, die jüdischen Bau- und Kulturdenkmäler in Europa zu erhalten und wiederherzustellen.

Un des objectifs à long-terme de cette manifestation est également la restauration des bâtiments et monuments juifs en Europe.

Fin de l'infobox


Liens

×