Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pose du dernier rail au Lötschberg

Les ouvriers soudent le dernier rail au milieu du tunnel du Lötschberg.

(Keystone)

Le «clou d'or» symbolique a été planté lundi pour fixer le dernier rail dans le tunnel de base du Lötschberg.

En vingt mois de travaux, 57 kilomètres de rails ont été posés, dont 34,6 dans le souterrain. Le Lötschberg est l'un des deux principaux tunnels du projet AlpTransit.

C'est vers midi que les ouvriers ont soudé le dernier rail au cœur de la montagne, pratiquement au milieu de ce tunnel long de 34,6 kilomètres. Lors d'une cérémonie, ils ont symboliquement enfoncé le «clou d'or» pour marquer la jonction des voies ferrées.

Au sud, les travaux avaient débuté en décembre 2004, à Rarogne, dans le canton du Valais. Au nord, la pose des rails avait débuté en décembre 2005 depuis Frutigen, dans le canton de Berne.

Le calendrier des travaux a ainsi été respecté, se réjouit BLS AlpTransit SA, filiale de BLS Chemin de fer du Lötschberg chargée de la réalisation de cette nouvelle ligne. En 20 mois, 57km de voie ferrée ont été posés.

L'ouvrage constitue l'une des pierres angulaires des Nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA). Le Lötschberg est en effet l'un des deux principaux tunnels du projet, l'autre étant le Gothard.

Premiers tests

La mise en place des installations restantes suit son cours. Des tests sous tension électrique ont déjà été réalisés au début du mois de juin avec des trains de marchandises dans la partie la plus au sud du tunnel.

En décembre, l'ensemble du tunnel de base fera l'objet de ces essais destinés à vérifier le fonctionnement des installations techniques et de sécurité. L'ouverture du tunnel est prévue dans le courant de l'année 2007.

swissinfo et les agences

En bref

Les nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA) englobent plusieurs projets d'envergure destinés à améliorer le transit ferroviaire sur l'axe nord-sud.

Les deux principaux sont le tunnel de base de Gothard (57km) et celui du Lötschberg (35km).

Leur but est d'inciter le transfert du trafic lourd de la route au rail. Les projets sont menés par «AlpTransit», une société qui appartient aux Chemins de fer fédéraux (CFF).

Ils font l'objet de vifs débats, car le budget global des NLFA a déjà dû être à plusieurs reprises revu à la hausse et l'achèvement des travaux est sans cesse reporté.

Fin de l'infobox


Liens

×