Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pour la Suisse, Amélie Plume a les yeux de Chimène



Amélie Plume signe un roman qui respire l'air des cimes.

Amélie Plume signe un roman qui respire l'air des cimes.

L’écrivain jurassienne sort aux Editions Zoé «Les fiancés du Glacier Express». Un roman plein d’espoir où la Suisse et les cœurs rayonnent.

Pour la Suisse, Amélie Plume a les yeux de Chimène. Un amour pur, comme l’air des montagnes que « Les fiancés… » respirent avec bonheur. Quiétude et somptuosité. Il y a longtemps que la paix a quitté certains romans d’aujourd’hui, remplacée par les inquiétudes des écrivains face à un monde qui perd toute hauteur de vue.

Amélie Plume, elle, se tourne vers les sommets. Ceux des Alpes que le célèbre Glacier Express, «le train rapide le plus lent», traverse, fidèle à lui-même et à ses stations légendaires: Grengiols, Fiesch, Niederwald, Reckingen, Ulrichen, Oberwald…

Chacune d’elle est une halte dans une Suisse éternelle. Une bouffée d’oxygène aussi pour deux cœurs «irrités en fuite»: Lily et Oscar.

Le plat de l’existence

Genève, gare Cornavin. Départ du train à destination de… Mais où va donc Lily? Elle-même ne le sait pas. Tout ce qu’elle souhaite, c’est se tirer, laissant sur le quai son bagage, ou plutôt «le plat» de son existence, comme elle dit.

Le «plat» de Lily est bien garni, tout ce qu’il faut pour une femme de 64 ans: deux ex-maris vus comme une aubergine et une courgette fanées, un amant épisodique, «pathétique en poire beurre fondante», une fille et un gendre dans la peau de deux poivrons aigre-doux, elle-même, enfin, «pomme flétrie» bousculée par un «citron vert», traduisez un chef acide.

Car Lily travaille. Elle est journaliste et ses chroniques de «grand-mère grincheuse (Gmg)» font le bonheur des lecteurs. La seule à ne jamais être satisfaite, c’est elle. Son rédacteur en chef est un jeune arriviste puant. Les reportages qu’elle fait la frustrent car, pense-t-elle, «pas un seul n’a réussi à passer les frontières, pas même celle des röstis!». Pire, sa fille la tanne avec ses appels au secours frénétiques et son ex-mari avec la garde du chat Louis-Victor. Solution: dire non à tout.

Destination inconnue

Retour à la gare. «Que faire? Où aller? Sur l’autre voie Lausanne-Montreux-Sion-Brigue. Le Valais? Bof!», se dit Lily qui préfère au «cirque de montagnes» de Martigny, Saint-Gall et la «somptueuse bibliothèque» de son abbaye.

Elle voulait Saint-Gall. Elle se retrouve dans le train valaisan. Une erreur bienvenue, car c’est là que la chance l’attend. Une rencontre avec un certain Oscar qui, lui, fuit une mère à l’appétit affectif tentaculaire. Il est né en Amérique, de parents alémaniques. Elle, Lily, est jurassienne. Deux vies qui se croisent, comme par miracle, comme dans un roman de la Comtesse de Ségur, l’espérance enfantine incluse.

L’amour, dit-on, élargit l’horizon. Les sentiments qui fleurissent dans le cœur de Lily pulvérisent les limites de la Suisse. Celle-ci rayonne. Andermatt est sur le parcours du Glacier Express. Une halte. De là, «toute destination est possible car des trains partent continuellement dans toutes les directions: au nord, Lucerne, Bâle, Zurich, l’Allemagne; au sud, Lugano l’Italie, etc.; à l’est, Coire, l’Engadine ou Saint-Gall puis l’Autriche, l’Europe de l’est; ou à l’ouest, Lausanne, Genève, Paris, l’Atlantique et l’Amérique… », écrit Amélie Plume.

Et sous sa plume des contrées s’ouvrent. Contrées intimes également. Car si le voyage colore l’imaginaire, il est aussi un apprentissage de la vie, un cheminement vers la source d’un sens. Le train qui serpente les vallées et grimpe aux sommets des montagnes remonte le temps et ouvre un espace confidentiel. Le passé débarque par «nuées».

«A Sierre, je ne vois plus rien, plus rien d’autre que des souvenirs. Des décennies de vacances familiales dans le val d’Anniviers...», se rappelle Lily. Sa traversée de la Suisse est également faite d’échos familiers qui vous reviennent dans un rire.

Ghania Adamo, swissinfo.ch

Amélie Plume

Née dans le Jura suisse, elle partage son temps entre Genève et Hyères.

Elle voyage durant quelques années en Amérique et au Proche-Orient.

Elle a également vécu à Montréal.

Elle a publié de nombreux romans, proches de l’autofiction, dans un style cocasse qui fait d’elle une des rares plumes féminines burlesques.

Parmi ses ouvrages publiés chez Zoé, citons :

- «Ailleurs c’est mieux qu’ici»

- «Toute une vie pour se déniaiser»

- «Chronique de la Côte des Neiges»

- «Mademoiselle Petite au bord du Saint-Laurent»

Fin de l'infobox

Le livre

«Les fiancés du Glacier Express», éditions Zoé (Genève), 118 pages.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×