Pour rouler, «Un, c'est OK»!

C'est certain, on est prévenu! (Photo: BPA) RTS

Les autorités lancent une campagne de sensibilisation sur le thème du verre unique auquel les conducteurs devraient se tenir.

Ce contenu a été publié le 23 novembre 2004 - 10:37

Cela six semaines avant l'entrée en vigueur de nouvelles dispositions, plus dures, en matière d’alcool et de drogue au volant.

«Un verre ça va, deux verres, bonjour les dégâts!» disait, il y a quelques années, une campagne de prévention française. C’est le même objectif que visent conjointement l’Office fédéral des routes (Ofrou) et le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA) à travers une campagne de sensibilisation lancée ce mardi à Bienne.

Pour faire passer son message, l'office a choisi deux slogans. Les usagers de la route devront s'habituer à l'équation «0,5 pour mille = un verre, un seul». C'est à dire, en version jeune et concise, «un, c'est OK».

Car à partir du 1er janvier 2005, le taux limite d'alcoolémie est abaissé à 0,5 pour mille sur les routes suisses, contre 0,8 actuellement.

La campagne de sensibilisation durera plusieurs semaines. Elles s’affichera sur les murs, mais passera également, par les ondes radio et les canaux de télévision sur tous les programmes de SRG SSR Idée suisse, le service public.

Economies humaines

Avec l'abaissement du taux d’alcoolémie autorisé de 0,8 à 0,5 pour mille, ainsi que la possibilité de contrôles aléatoires, les autorités promettent une véritable augmentation de la sécurité routière, a-t-on rappelé lors de la conférence de presse biennoise.

Sur la base d’études réalisées à l'étranger, le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA) s'attend à ce que les nouvelles dispositions légales, qui entreront en vigueur en janvier, puissent éviter chaque année en Suisse la mort de 48 personnes, ainsi que 320 blessés graves.

Les experts ont aussi rappelé certains détails des nouvelles dispositions. Ainsi, la police peut effectuer un contrôle d’alcoolémie sans qu'il y ait indice apparent d'ébriété.

Ce qui n’est pas le cas avec la drogue. Mais si la police constate lors du contrôle d’un conducteur une capacité diminuée due à la consommation de drogue ou de médicaments, un test sera effectué immédiatement.

Avec un résultat positif, une analyse de sang, un examen ophtalmologique et une analyse chimico-toxicologique seront exigés.

swissinfo et les agences

En bref

- Selon la nouvelle législation, dès le 1er janvier 2005, les automobilistes pris avec un taux d’alcool situé entre 0,5 et 0,79‰ recevront un avertissement. En cas de récidive, le permis leur sera retiré durant un mois.

- Ceux qui rouleront avec plus de 0,8‰, ils perdront leur permis pendant trois mois, et cela sans avertissement.

- Les peines encourues les plus Lourdes sont de trois ans de prison ou 40’000 francs d'amende.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article