Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Premier jour de cotation à Londres pour les blue chips suisses

Les responsables de virt-x ont suivi attentivement les premiers pas de leur bourse, lors d'une conférence de presse lundi matin

(Keystone)

Le lancement de virt-x, lundi à Londres, s'est passé sans accrocs. A la grande satisfaction des responsables de la Bourse suisse, l'un des deux principaux actionnaires de ce nouveau marché électronique. Désormais, c'est dans la capitale britannique que seront négociées les valeurs du SMI.

Londres compte une nouvelle place financière. Virt-x, un projet lancé il y a un an conjointement par la Bourse suisse et Tradepoint, un consortium anglais, a en effet connu lundi sa première journée de négoce. Les transactions se sont déroulées sans problèmes, dès l'ouverture et jusqu'à la clôture, qui désormais a lieu une heure plus tard, à 18 heures.

Virt-x, qui est dirigé par Antoinette Hunziker-Ebneter, la présidente de la Bourse suisse, bénéficie de l'exclusivité de l'échange des valeurs du SMI, les valeurs vedette de l'économie suisse, qui représentaient 70% du volume traité à Zurich. Mais la nouvelle bourse a l'intention de prendre pied sur le marché des blue chips pan-européennes. Elle devrait, sous peu, proposer plus de 600 titres, représentant 80% de la capitalisation des bourses du contient.

Antoinette Hunziker-Ebneter s'est en tout cas montrée satisfaite de cette première journée: «nous avons eu beaucoup de volume et les systèmes ont très bien fonctionné». Virt-x a enregistré 20 transactions, pour un montant de 3,8 milliards de francs suisses. Et Antoinette Hunziker-Ebneter de citer en exemple le titre Glaxo-Smithkline, dont virt-x a obtenu plus de 10% du marché total.

Pierre Gobet, Zurich


Liens

×