Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Prison et rêves d'évasion

«Zona», entre grillages et rêve.

(Carl de Keyzer)

A Genève, le Musée International de la Croix-Rouge présente «Zona», une exposition sur les camps de prisonniers en Sibérie.

70 photos, prises par le Belge Carl de Keyzer, racontent l'univers concentrationnaire dans une atmosphère de détente truquée.

La prison et son pendant inévitable, l'évasion. C'est sur cette ambivalence que le photographe belge Carl de Keyzer (46 ans) a joué astucieusement pour réaliser les 70 photos aujourd'hui exposées au Musée international de la Croix-Rouge, à Genève.

Mais attention! L'évasion dont il s'agit ici est une fuite à travers le rêve, orchestrée par un photographe qui dirige un spectacle peu commun. Celui de la vie carcérale.

Et pourtant nous ne sommes pas au théâtre, mais dans des camps de prisonniers pour hommes ou pour femmes, hérités des goulags soviétiques et implantés à Krasnoïarsk, en Sibérie.

Drôle de Disneyland

C'est là que Carl de Keyzer, membre de l'Agence Magnum, a réalisé ses photos. Deux ans de travail, effectués entre 2000 et 2002, ont abouti à une exposition qui apporte un éclairage inhabituel sur le monde concentrationnaire ici appréhendé dans ses rêves d'évasion.

Carl de Keyzer en a eu l'idée lors d'une première visite dans un camp modèle, dit le camp 27, à Krasnoïarsk. Il y fut conduit par les autorités locales pour y prendre des photos.

«Le camp lui-même ressemble à une sorte de Disneyland, raconte-t-il dans une note d'intention. A l'entrée, il y a un énorme train à vapeur qui surplombe le portail, un moulin à vent en bois, un Don Quichotte, une pyramide égyptienne».

Autant d'échappatoires à l'enfermement que l'on voit sur des photos grand format prises non seulement au camp 27, mais aussi dans 30 autres prisons de Sibérie.

De Keyzer les a agencées selon une scénographie élégante, où les scènes d'intérieur se détachent sur fond bleu, tandis que les scènes d'extérieur se passent sous un ciel sans nuages.

On dirait un univers idéalisé, nimbé curieusement d'une atmosphère de détente, quand ce n'est pas d'une atmosphère de fête.

Divertissement truqué

Peut-on se divertir dans une prison? «Eh oui!», semble répondre le photographe, se réservant toutefois ce bémol cruel: à condition que le divertissement soit truqué.

En témoigne cette photo d'extérieur où deux détenus jouent sur une cour de tennis avec deux raquettes, mais sans balles.

Pour preuve encore, une photo de mariage de prisonniers. Elle est intitulée «Lune de miel». Soit un baiser passionné échangé sous l’œil féroce d'un lion que représente une tapisserie murale.

Et le reste est à l'avenant: disco, relaxation psychologique, théâtre, émaillent la vie des détenus, une vie montrée en technicolor, comme dans un documentaire de fiction.

Pour découvrir cette vie en noir et blanc, il faut aller voir une autre exposition sur le même sujet, celle-là présentée au Musée d'ethnographie de Genève, sous le titre: «Goulag, le peuple des zeks».

swissinfo, Ghania Adamo

En bref

- L'exposition «Zona» présente 70 photographies couleur de grand format. A voir à Genève, Musée International de la Croix-Rouge, jusqu'au 18 juillet.

- Né à Gand, en Belgique, en 1958, Carl de Keyzer est membre depuis 1994 de l'Agence Magnum.

- Son travail a été exposé dans le monde entier et a fait l'objet de nombreuses publications.

- Avec une toute autre approche, le Musée d’ethnographie de Genève propose actuellement «Goulag, le peuple des zeks», à voir jusqu’au 2 janvier 2005.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×