Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Prisons en Turquie: la Suisse a tenu ses promesses

Mardi, une dizaine de personnes ont occupé le Palais fédéral, à Berne.

(Keystone)

La Suisse a demandé des explications à la Turquie sur la situation dans ses prisons. Elle répondait à la requête des activistes ayant occupé le Palais fédéral, mardi à Berne, pour protester contre les raids policiers dans les pénitenciers turcs.

La visite du chargé d'Affaires suisse Livio Hürzeler au ministère des Affaires étrangères à Ankara, qui a eu lieu mercredi, était avant tout une mission d'information.

Les autorités turques, répondant aux inquiétudes exprimées par le diplomate suisse, ont affirmé que le but de l'opération était de sauver la vie des grévistes de la faim et de mettre un terme à l'anarchie dans les pénitenciers, dont certains étaient devenus des fiefs d'organisations illégales.

Les responsables turcs ont notamment expliqué que les autorités n'avaient pas pu inspecter certains dortoirs où étaient détenus des prisonniers politiques depuis près de dix ans.

Les autorités turques ont également rappelé qu'elles avaient tenté de négocier une suspension de la grève par l'intermédiaire d'intellectuels et d'ONG.

Le Comité européen pour la prévention de la torture avait également eu accès aux prisonniers mais n'avait pas pu les convaincre d'abandonner leur action.

Défendant les transferts vers les nouvelles prisons de type F, où les détenus sont logés en petits groupes dans des cellules plus petites, les autorités ont affirmé qu'elles étaient conformes aux normes européennes.

Malgré les propos rassurants des autorités, la situation reste tendue. Plus de 150 détenus se sont rendus aujourd'hui à la prison de Canakkale où trois victimes supplémentaires sont venues alourdir le bilan meurtrier, qui se monte actuellement à 21 morts.

Les autorités sont parvenues à s'imposer dans 19 des 20 pénitenciers ciblés au cours des opérations lancées mardi, mais 400 prisonniers continuent de résister à la prison d'Umraniye, dans la banlieue d'Istanbul.

En Suisse, la mobilisation n'a pas faibli. Une cinquantaine de militants kurdes ont manifesté jeudi après-midi sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU à Genève. A Bellinzone, ce sont 200 personnes qui se sont rassemblées. Tous ont protesté contre les conditions de détention dans les prisons turques.

Nicole Pope, Ankara

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×