Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Qui a peur de Giuliano Bignasca?

"L’affaire Bignasca" divise les Tessinois

(Keystone)

Les enquêteurs italiens accusent Giuliano Bignasca d'avoir participé à un trafic de cocaïne. Pour autant, le procureur tessinois ne rouvrira pas l'enquête contre le patron de la Lega. Au Tessin, les réactions sont partagées. L'ex-commissaire infiltré Fausto Cattaneo, lui, affirme que «quelqu'un a peur de Bignasca».

Flavio Maspoli, conseiller national et député de la Lega au Grand Conseil tessinois, jubile: «le procureur ne pouvait pas prendre d'autre décision que celle de boucler le dossier. Tous les Tessinois connaissent les habitudes du président de la Lega. Il n'a pas pour autant trempé dans un trafic international de cocaïne.»

Les Tessinois, eux, sont mitigés. Pour certains, «il ne faut pas mélanger la justice et la politique, la vie personnelle de Bignasca ne regarde que lui». Pour d'autres, «tout le monde sait que le Nano sniffe, ce qui importe c'est qu'il continue ä se battre pour les droits des citoyens.» Pour d'autres enfin, «la justice n'est à l'évidence pas la même pour tous».

De son côté, Fausto Cattaneo auteur du livre «Comment j'ai infiltré les cartels de la drogue» ne mâche pas ses mots. Pour l'ex-commissaire infiltré de la police tessinoise «l'injustice saute aux yeux».

«Il est évident que l'on a peur de lui au Tessin, poursuit Fausto Cattaneo. S'il finissait en prison, Giuliano Bignasca pourrait entraîner plusieurs personnalités dans sa chute.»

Quoi qu'il en soit, le procureur général Luca Marcellini estime que les bases légales sont insuffisantes pour rouvrir une enquête pénale contre le «padre-padrone» de la Lega. Mais, pour l'ex-commissaire Cattaneo, la magistrature tessinoise ne veut pas, en l'occurrence, discréditer le procureur Jacques Ducry qui avait classé l'affaire en 1995.

L'ancien commissaire est certain que les accusations lancées contre Giuliano Bignasca sont tout à fait fondées. «Les procès-verbaux établis par le tribunal de Milan sur la base des révélations des collaborateurs de justice sont authentiques. Et ils démontrent clairement que Giuliano Bignasca était impliqué dans un trafic de cocaïne.»

«Le procureur Marcellini, conclut Fausto Cattaneo, n'a pas manqué de courage mais il a été dépassé par les évènements.»

Gemma d'Urso, Lugano

×