Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales



La centrale nucléaire de Beznau I, la plus vieille du monde encore en activité, serait rapidement condamnée à fermer avec la nouvelle Stratégie énergétique 2050.

La centrale nucléaire de Beznau I, la plus vieille du monde encore en activité, serait rapidement condamnée à fermer avec la nouvelle Stratégie énergétique 2050.

(Keystone)

La nouvelle Stratégie énergétique 2050, qui fixe notamment la fin de l’ère nucléaire en Suisse, sera soumise en mai au verdict du peuple. L’UDC (droite conservatrice) a déposé jeudi son référendum (muni de plus de 63'000 signatures) contre le projet approuvé en septembre par le Parlement. 

Lancée en 2011, peu de jours après l’accident nucléaire de Fukushima, la Stratégie énergétique 2050 veut jeter les bases d’une vaste transformation du système énergétique suisse. Le projet, fruit de cinq années de travaux, prévoit surtout de mettre fin à l’ère nucléaire avec la fermeture progressive des cinq installations atomiques du pays au cours des prochaines décennies. 

Parmi les objectifs principaux du tournant énergétique, il y a aussi celui de réduire de 43% la consommation d’énergie d’ici 2035 par rapport aux valeurs de l’an 2000. Avec les économies d’énergie et la promotion des énergies renouvelables, le gouvernement et le Parlement entendent également réduire de manière substantielle les émissions de CO2 et les importations de combustibles fossiles: aujourd’hui encore, le pétrole et le gaz représentent environ les deux tiers de l’énergie consommée en Suisse.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stratégie trop coûteuse 

Le refus de ce paquet de mesures approuvé par la majorité du centre et de gauche du Parlement est venu de l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice), qui a déposé jeudi son référendum. Pour ce parti, le seul qui défend encore ouvertement l’option nucléaire, la Stratégie énergétique va dans la mauvaise direction. 

«Le renoncement à l’énergie nucléaire risque de compromettre l’approvisionnement énergétique et de faire augmenter la dépendance face à l’étranger. Une interdiction de cette énergie est par ailleurs erronée, car nous ne savons pas aujourd’hui si des technologies plus sûres ne seront pas développée dans 20 ou 30 ans», affirme Albert Rösti. 

Pour le président de l’UDC, la nouvelle stratégie sera surtout trop chère. «Avec la nouvelle loi, on instaure en pratique une économie verte et planifiée, qui n’est pas durable d’un point de vue financier. Une réduction de la consommation totale d’énergie de 43% en moins de 20 ans ne peut être atteinte avec une énorme augmentation des prix, en particulier des carburants, ce qui se fera aux frais de la population et de l’économie. Selon nos calculs, la nouvelle stratégie se traduira par des coûts supplémentaires de l’ordre de 3200 francs par an pour une famille de quatre personnes», souligne Albert Rösti. 

Economie plus forte 

Ces prévisions sont catégoriquement rejetées par les autres partis qui soutiennent le tournant énergétique. «Il s’agit de spéculations totalement fausses qui se basent sur des chiffres hypothétiques. En réalité, la nouvelle loi fixe seulement une augmentation de 0,8 centime du prix de l’électricité, ce qui correspond au maximum à 40 francs par an pour les ménages», réplique Roger Nordmann, président du groupe socialiste des Chambres fédérales. 

Selon lui, «les différentes mesures prévues pour améliorer l’efficience énergétique et réduire la consommation permettront au contraire de faire baisser sensiblement les dépenses des familles et des entreprises pour l’énergie. La Stratégie 2050 rendra l’économie suisse encore plus forte: on réduit les importations d’énergies fossiles et on promeut l’innovation et la production en Suisse de sources énergétiques du futur.» 

Cette vision est partagée par le président des Verts libéraux Martin Bäumle, qui a pourtant soutenu le referendum de l’UDC. «Grâce à ce référendum, la Stratégie énergétique pourra être confirmée et légitimée par le peuple, explique-t-il. Et je suis convaincu que ce sera le cas. Cela renforcera la pression sur les partis pour accomplir d’autres pas en direction du tournant énergétique, la fin du nucléaire et la promotion des énergies renouvelables.»

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×