Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Rétrosport 02: Les fortunes diverses du ski suisse

Révélation du ski suisse, le sauteur Simon Ammann a été nommé sportif suisse de l'année.

(Keystone)

L'équipe de Suisse de ski alpin ne domine plus le Cirque blanc depuis de nombreuses années. Elle recherche toujours un nouveau souffle.

Aux Jeux d'hiver de Salt Lake City, les meilleurs résultats ont été enregistrés en saut à ski et en snowboard.

Elles sont loin les folles saisons marquées du sceau des Pirmin Zurbriggen, Peter Mueller, Michela Figini, Maria Walliser et autres skieurs suisses. C'était à la fin des années 80.

Après, il y a certes encore eu les consécrations du Grison Paul Accola, en 1992, et de la Glaronaise Vreni Schneider, en 1995, les derniers Helvètes à avoir remporté le classement général de la Coupe du Monde.

Mais depuis, le milieu du ski suisse ne brille plus que par le talent de quelques individualités: le Bernois Michael von Grünigen (33 ans), triple gagnant de la boule de cristal du slalom géant (1995/96, 1996/97 et 1998/99).

Et l'Appenzelloise Sonja Nef (30 ans), double détentrice du titre en slalom géant aussi (2000/01 et 2001/02).

Aux Jeux d'hiver 2002 de Salt Lake City, aux Etats-Unis, la skieuse de Suisse orientale a d'ailleurs été la seule représentante helvétique à décrocher une médaille: celle de bronze. En slalom géant évidemment.

Fraenzi Aufdenblatten, la relève attendue



Ses compatriotes, féminins et masculins, ont dû, eux, se contenter d'accessits.

Et demain, quel avenir se dessine pour le ski alpin suisse? Derrière von Grünigen et Nef, les deux stars vieillissantes, la relève tarde à émerger.

Seuls le Neuchâtelois Didier Cuche (28 ans), troisième du classement général l'année passée, et la Valaisanne Fraenzi Aufdenblatten (21 ans), annoncées comme le grand espoir, paraissent en effet sortir du lot.

La surprise Philipp Schoch



Si le ski alpin suisse surfe actuellement dans le creux de la vague, il n'en est pas de même pour les autres disciplines de neige: notamment le snowboard et le saut à ski.

Aux derniers Jeux d'hiver, quatre ans après la victoire de Gian Simmen en half-pipe à Nagano (Japon), un autre Suisse s'est hissé sur la plus haute marche du podium.

On attendait le Chaux-de-Fonnier Gilles Jaquet, champion du monde ISF 2002. C'est finalement le Zurichois Philipp Schoch qui, à la surprise générale, s'est paré d'or en slalom géant parallèle.

Chez les dames, Fabienne Reuteler n'est pas demeurée en reste. Médaillée de bronze en half-pipe à Salt Lake City, la Zurichoise s'est adjugée le titre de championne du monde ISF 2002 dans cette spécialité.

Simon Ammann olympien



Petit de par sa stature (172 cm, 55 kg), Simon Ammann (21 ans) a été incontestablement le grand bonhomme des joutes américaines.

Le St-Gallois, dans son rôle d'outsider, a volé la vedette aux favoris. Il s'est envolé plus loin que tous ses adversaires pour s'imposer tant sur le petit que le grand tremplin. Un authentique exploit qui lui a valu d'être nommé sportif suisse de l'année 2002.

Enfin, toujours sur les pistes enneigées de l'Utah, les Suissesses Andrea Huber, Laurence Rochat, Brigitte Albrecht Loretan et Natascia Leonardi Cortesi ont également réussi une performance de choix en prenant la troisième place du podium du relais 4 x 5 km en ski nordique.

swissinfo/Raphael Donzel

Faits

Les Suisses ont connu des fortunes diverses lors des jeux olympiques 2002 à Salt Lake City.
Seule Sonja Nef a décroché une médaille (le bronze en slalom géant) en ski alpin.
En saut à ski Simon Ammann a déjoué tous les pronostiques pour remporter deux médailles d'or (sur le petit et le grand tremplin).
En snowboard, Philipp Schoch (en géant) et Fabienne Reuteler (en half-pipe) ont respectivement remporté l'or et le bronze dans leur discipline.
En ski nordique, le relais féminin du 4 X 5 kilomètres a créé la surprise en décrochant le bronze.

Fin de l'infobox

En bref

En ski alpin, l'année 2002 a été marquée par les résultats mitigés des JO d'hiver de Salt Lake City.
Une déconvenue que les Suisses essaieront d'effacer en février 2003.
L'équipe de Suisse mise avant tout sur deux talents confirmés: Michaël von Grünigen et Sonja Nef
Et sur deux outsiders: Didier Cuche et Fraenzi Aufdenblatten.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.