L’Organisation des Suisses de l’étranger contre «No Billag»

Les Suisses de l'étranger tiennent à leur radio-télévision publique. Keystone

Le 4 mars 2018, les Suisses voteront sur l’abolition de la redevance pour la radio et la télévision publiques. L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) a pris position contre l’initiative «No Billag».

swissinfo.ch/sb

Le Comité de l’OSE, comme le parlement et le gouvernement suisses, est opposé à l’initiative «No Billag». «L’existence de prestations de service public dans le domaine de l’information est capitale pour les Suisses de l’étranger», écrit l’OSE dans un communiqué.

Aujourd’hui, plus de 775'000 Suissesses et Suisses vivent à l’étranger, et le chiffre ne cesse d’augmenter. Selon l’OSE, ils doivent avoir accès partout dans le monde à des informations de qualité afin de pouvoir maintenir un lien étroit avec la Suisse. La mission d’information du service public audiovisuel suisse (SSR, à laquelle appartient aussi swissinfo.ch) est ainsi décrite comme «fondamentale» pour que ces citoyens expatriés puissent exercer leurs droits politiques.  

Toujours selon l’ASO, swissinfo.ch notamment «garantit que la parole médiatique de la Suisse continue d'être entendue, vue et lue, par la communauté internationale, et que le monde comprenne la place particulière de la Suisse sur l’échiquier international».

Certes, les Suisses de l’étranger sont dispensés de la redevance Billag, mais les abonnés par satellite payent une taxe de 120 francs par an. Et les Suisses établis en Allemagne, en Italie, en France, en Autriche, en Norvège, au Danemark et dans d’autres pays payent une taxe pour l’utilisation des médias dans leur pays de domicile.


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article