Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Retour des «petits» Autrichiens 60 ans après

Les enfants de la guerre autrichiens n'ont pas oublié.

(Keystone)

200 Autrichiens accueillis enfants dans des familles suisses à la fin de la 2e guerre mondiale, via la Croix-Rouge, sont revenus vendredi à Berne dire «merci».

La commémoration a vu la participation de la cheffe de la diplomatie suisse, Micheline Calmy-Rey, et son homologue autrichienne Ursula Plassnik.

Entre 1945 et 1955, environ 35'000 enfants autrichiens au total, dont de nombreux dénutris, avaient pu passer trois mois dans un monde épargné par la guerre, qu'ils ont découvert en même temps que le plaisir de manger à sa faim.

Gratitude

En signe de gratitude, 200 de ces anciens «enfants suisses» ont refait le voyage en train, comme à l'époque, pour commémorer cette opération à Berne le jour même du 60e anniversaire du premier transport d'enfants de Vienne vers la Suisse.

Ils ont retrouvé des membres de leurs anciennes familles d'accueil pour une cérémonie de commémoration au Bernerhof, à laquelle ont participé la cheffe de la diplomatie suisse Micheline Calmy-Rey et son homologue autrichienne Ursula Plassnik.

Devoir de solidarité

Les deux ministres ont rendu hommage à la générosité des familles qui a permis à ces petits Autrichiens traumatisés par la guerre de vivre une expérience positive. «Il était du devoir de la Suisse, épargnée par le conflit, de se montrer solidaire avec le reste de l'Europe», a souligné Mme Calmy-Rey.

«Aujourd'hui comme hier, les enfants restent les victimes les plus vulnérables de toutes les guerres», a aussi rappelé la ministre des Affaires étrangères. Une situation qu'elle a qualifiée d'«inacceptable».

Des liens multiples

Mme Calmy-Rey a également salué les liens qui étaient nés de cette opération, entre les bénéficiaires et leurs familles d'accueil, mais aussi entre les deux pays et leurs sociétés de Croix-Rouge respectives.

Des sociétés de Croix-Rouge qui collaborent désormais sur de nombreuses actions, par exemple pour l'aide aux victimes du tsunami en Asie ou l'intégration des déplacés de guerre en Bosnie, a relevé René Rhinow, président de la CRS.

«Maintenant qu'Autrichiens et Suisses vivent dans l'abondance, c'est le moment d'aider les autres», a déclaré Mme Plassnik. Les anciens «enfants suisses» ont tenu à faire leur part en versant 48'800 francs à un programme helvético-autrichien de développement au Kosovo.

Rencontre de travail

En marge de la cérémonie, les deux ministres se sont retrouvées pour une rencontre de travail à propos de la politique européenne de la Suisse dans la perspective de la présidence autrichienne de l'Union européenne au premier semestre de 2006.

Même durant sa présidence, l'Autriche veut entretenir des relations «bonnes et ouvertes» avec la Suisse. C'est ce qu'a assuré Ursula Plassnik.

swissinfo et les agences

Faits

Entre 1945 et 1955, environ 35'000 enfants autrichiens avaient pu passer trois mois dans des familles suisses.
200 d'entre eux sont revenus vendredi à Berne dire «merci», 60 ans après.
Pour l'occasion, ils ont versé près de 50'00 francs à un programme helvético-autrichien de développement au Kosovo.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.