Deux jours après la grève des femmes, plusieurs journaux en parlent encore dans leur édition dominicale. Des transgenres dans l'armée suisse et la violence de l'extrême droite sont aussi traitées. Voici les titres de ces informations non confirmées à Keystone-ATS:

SonntagsZeitung: Les Verts ont déposé une initiative parlementaire exigeant que chaque parti propose le même nombre de candidats femmes et hommes lors des élections au Conseil national, indique la SonntagsZeitung. La conseillère nationale écologiste argovienne Irène Kälin est à l'origine du projet. Actuellement, la part des élues dans la Chambre du peuple se monte à 28%. Les Vert'libéraux veulent, quant à eux, créer des incitations financières pour étoffer les rangs des femmes au palais fédéral. Selon leur projet, les partis et les groupes parlementaires ne recevraient de l'argent public que s'ils se présentent aux élections avec des listes équilibrées entre genres. Le président du PVL, Jürg Grossen, va soumettre la proposition sous forme d'initiative parlementaire la semaine prochaine aux Chambres fédérales. "Un plus grand nombre de femmes au Parlement favorisera l'égalité dans la société et dans l'économie", déclare M. Grossen dans le journal.

SonntagsBlick: Les directeurs cantonaux de l'instruction publique veulent plus de figures féminines dans les manuels scolaires, relève le SonntagsBlick. La présidente de la conférence, Silvia Steiner, a écrit une lettre destinée à un groupe de femmes parlementaires fédérales ainsi qu'aux instances des régions linguistiques et des cantons en charge des programmes pédagogiques. "La visibilité des femmes doit faire l'objet d'une plus grande attention, y compris dans le matériel pédagogique", y indique-t-elle. Le bureau pour l'égalité du canton de Zurich a commencé une compilation non exhaustive de femmes importantes, qui pourraient être intégrées dans les manuels scolaires. "Nous devons compléter l'historiographie. Les modèles féminins doivent être thématisés exactement comme ceux des hommes dans l'enseignement scolaire", déclare la directrice du bureau de l'égalité, Helena Trachsel. Le message semble également avoir été reçu chez les principaux éditeurs de manuels scolaires. La maison d'édition zougoise Klett und Balmer a, par exemple, élaboré toute une série de critères pour avoir des contenus équitables en matière de genre.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: L'armée suisse a ouvert le bureau "Diversity Swiss Army" pour traiter du sujet des transgenres, rapportent Le Matin Dimanche et la SonntagZeitung. Ce bureau collabore avec le commandement du recrutement, le service médical militaire et le service juridique des forces armées. Les règlements actuels prévoient l'inéligibilité au service militaire et à la protection civile en cas de transsexualité, mais l'armée a dû adapter sa pratique depuis 2013, expliquent les journaux. Si un spécialiste certifie la santé mentale et physique, la résistance au stress, la résilience et la capacité d'adaptation et de subordination, rien ne s'oppose plus à l'admission d'un transgenre. De tels cas restent toutefois rares. Les médecins militaires diagnostiquent environ 18 cas de transsexualité par an. Dès 2020, les recruteurs de l'armée aborderont la question en interrogeant les jeunes de 19 ans sur le sexe auquel ils s'identifient.

SonntagsBlick: La police bâloise a arrêté plusieurs extrémistes de droites suisses, qui planifiaient des violences contre des étrangers, indique le SonntagsBlick. Le ministère public a ouvert une procédure pour discrimination raciale. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a été sollicité. Les suspects ont été relâchés, explique dans le journal un porte-parole du parquet de Bâle-Ville. Selon le SonntagsBlick, ils font partie du groupe néonazi "White Resistance", qui s'est formé quelques jours après l'attaque de deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Trois hommes et une femme des cantons de Berne et de Bâle-Ville, âgé de 30 à 46 ans, constitueraient le noyau dur du groupuscule. Les membres de "White Resistance" communiquaient via un espace de discussions crypté du réseau social Facebook. Ils s'en prenaient aux juifs, aux musulmans et aux Noirs. Le 13 avril, au moins cinq d'entre eux se sont rencontrés à Bâle pour adapter leurs plans de violences à la réalité.

NZZ am Sonntag: Un match de football sur quatre en Suisse a été marqué par les violences lors de la dernière saison de la Super League, relate la NZZ am Sonntag, qui se réfère un rapport synthétisant les incidents rapportés par les polices lors des 404 matchs de la première division helvétique. Les trains transportant les fans sont les plus ciblés par les auteurs de violences. "Beaucoup de trains sont des zones de non-droit", déclare dans le journal Markus Jungo, chef du bureau de coordination de la police pour le sport. "La situation est catastrophique", ajoute-t-il. Les hooligans jettent également des torches en flammes et des pétards sur les quais des gares et dans les passages souterrains. Dans plus de trois matchs sur quatre, des torches Pyros, interdites par la loi, sont allumées. La ministre des sports, Viola Amherd veut rendre les clubs responsables des débordements de leurs fans. Le problème des hooligans ne peut pas être entièrement à la charge de l'Etat, estime-t-elle dans le journal.

NZZ am Sonntag: Aucune poursuite judiciaire ne sera lancée après les glissements de terrain de Bondo (GR), qui ont fait huit morts il y a deux ans, affirme la NZZ am Sonntag. La justice grisonne a terminé son enquête. "L'événement était imprévisible. C'est pourquoi personne ne peut être accusé de négligence", déclare dans le journal le procureur en charge du dossier, Maurus Eckert. L'arrêt de l'enquête n'est pas encore exécutoire. Huit randonneurs, venant d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse, ont péri le 23 août 2017 dans le plus grand glissement de terrain en Suisse depuis 130 ans. Ils se trouvaient sur des sentiers pédestres du Piz Cengalo (GR), lorsque trois millions de mètres cubes de roches se sont détachés de la montagne et sont abattus dans la vallée et sur Bondo. Les travaux de reconstruction du village se poursuivent. Le gouvernement grison a accordé une enveloppe de près de 12 millions de francs.

SonntagsZeitung: Un nouvel avion électrique est sur le point d'être lancé en Suisse, relate la SonntagsZeitung. L'appareil du pionnier suisse l'aviation électrique André Borschbeg va bientôt entrer en production. Il sera dévoilé vendredi prochain à l'aéroport de Sion. Le biplace H55, propulsé par des moteurs électriques et qui devrait être utilisé pour la formation des pilotes, sera produit par une entreprise familiale tchèque BRM Aero, constructeur de petits avions de type Bristell. Le système de propulsion est tiré de l'expérience acquise avec l'avion Solar Impulse, qui a réalisé entre 2015 et 2016 le premier tour du monde par étapes en se déplaçant uniquement grâce à l'énergie solaire, avec M. Borschberg et Bertrand Piccard aux commandes. Outre le fait qu'ils n'émettent pas de CO2, les avions à propulsion électrique sont également beaucoup moins bruyants.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.