Roche dope la bourse de Tokyo

Keystone Archive

Annoncée lundi, la fusion Roche avec Chugai provoque une forte hausse des valeurs pharmaceutiques à la bourse de Tokyo.

Ce contenu a été publié le 11 décembre 2001 - 16:39

L'acquisition de 50,1% du capital-actions de Chugai par Roche Holding AG a l'effet d'un séisme. Mardi, le titre de Chugai a bondi de 13,86% a 1,725 yens. Les titres de Sankyo et de Yamanouchi, les numéros deux et trois de l'industrie pharmaceutique japonaise, ont progressé de plus de 6%.

«Cette transaction de Roche offre un passeport de survie à Chugai dans un environnement mondial toujours plus compétitif. Et marque le coup d'envoi d'un large mouvement de consolidation dans l'industrie pharmaceutique japonaise», estime Hiroshi Sakakura, un analyste de Tokyo-Mitsubishi Bank.

Le cinquième fabricant japonais de médicaments

Roche est la première multinationale étrangère à prendre une participation majoritaire dans l'une des principales sociétés pharmaceutiques japonaises. Elle lui permet de devenir le cinquième fabricant japonais de médicaments.

Jusqu'ici, Nippon Roche, sa filiale nippone, n'affichait qu'une présence modeste dans le deuxième marché mondial des produits pharmaceutiques.

«Le prix payé par Roche, entre 1,23 et 1,58 milliard de dollars, n'est pas excessif. Le groupe suisse a su négocier de manière amicale. Et maintenir l'indépendance de Chugai. C'est très habile de sa part», déclare Masaharu Sakudo, un directeur de la maison de titres Tachibana Securities à Tokyo.

Roche a une longue histoire au Japon. Mais, jusqu'à récemment, il était quasi impossible pour une firme étrangère d'acquérir une part majoritaire du capital d'une société japonaise.

Environ 20% des médicaments vendus aux Etats-Unis sont développés au Japon. L'intérêt de Roche pour Chugai s'explique par ce simple pourcentage. De tous les groupes étrangers actifs dans l'archipel, Roche est désormais le plus puissant, devant l'Américain Pfizer.

Georges Baumgartner, Tokyo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article