Roger Federer dans le dernier carré olympique

Roger Federer en route vers l'or ! Keystone

Le tennisman suisse a réussi à se qualifier pour les demi-finales du tournoi olympique de Sydney, en battant, lundi, le Marocain Karim Alami, en deux manches: 7-6, 6-1.

Ce contenu a été publié le 25 septembre 2000 - 10:09

En demi-finales, le Bâlois Roger Federer rencontrera l'Allemand Tommy Haas. Qui a éliminé en quarts de finale le Biélorusse May Mirnyi, en trois sets: 4-6, 7-5 et 6-3.

L'autre demi-finale olympique opposera le Russe Evgueni Kafelnikov au Français Arnaud di Pasquale. Il est à relever que le Russe Kafelnikov est parvenu à battre en quarts de finale le Brésilien et dernier vainqueur de Roland Garros, Gustavo Kuerten, en deux sets: 6-4, 7-5.

Décidément, Roger Federer est expéditif. Dimanche après-midi, en huitièmes de finale, il ne lui a fallu que quarante minutes pour venir à bout du Suédois Mikael Tillström, en deux manches: 6-1, 6-2.

Pourtant vainqueur du redoutable Français Fabrice Santoro, au cours de ces mêmes huitièmes de finale, le Marocain Karim Alami a lui aussi été très rapidement «balayé» par Roger Federer, lundi, puisque le second set s'est ponctué par un sec et sonnant «six jeux à un». Après une première manche, certes, plus disputée, dans laquelle le Suisse devait l'emporter au tie-break «7 à 6».

Roger Federer est en forme et en confiance. Il l'a dit et répété. Le Bâlois est capable de prendre la succession de son ami genevois et ancien champion olympique du tournoi de tennis des JO de Barcelone 92, Marc Rosset.

De surcroît, les dieux de l'Olympe semblent avec Roger Federer. Un signe, un seul, laisse présager les meilleurs augures pour la Suisse. En 1992, sur la terre ocre de Catalogne, Marc Rosset avait déjà croisé ce même Marocain Karim Alami. Que Roger Federer a donc proprement évincé. Quête de l'or oblige.

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article