Rolf Kesselring: «ZOB, une idée de pointe»

Rolf Kesselring

«Cartes postales» de créateurs suisses expatriés... Rolf Kesselring, écrivain, ancien éditeur, nous adresse son courrier de la région de Nîmes.

Ce contenu a été publié le 24 février 2002 - 12:07

Depuis que je vis hors du pays, pour la plupart des gens, nous sommes tous - nous les Suisses - des horlogers, des chocolatiers ou... des banquiers! Pas une conversation, pas une discussion, pas une altercation, où l'on ne nous assimile pas à l'argent... Comment expliquer qu'il existe des Suisses ordinaires?

Banques, je vous aime!

C'est grâce à l'Internet que j'ai découvert un jour une banque complètement extraordinaire. Elle n'est pas suisse, non, elle est malgache! Depuis, je me suis pris d'amour pour cette banque.

J'en parle à tout le monde, je l'explique à raison et à travers, je prosélyte comme un fou. Cette banque, je l'aime! Dès que j'aurai un peu d'argent de rab, un surplus même minime, je vous promets que j'investis dans ses plans d'épargne! Elle s'appelle ZOB ! Oui, vous avez bien lu Z.O.B.

J'avais déjà lu avec passion le livre de ce Bengali nommé Muhammad Yunus («Vers un monde sans pauvreté» - Editions Lattès) et qui a créé la première banque intelligente (la «Grameen Bank») afin d'offrir du crédit à des paysans dans ce Bangladesh tellement déshérité.

Sa méthode est simple. Donner aux plus démunis la possibilité d'un accès à un crédit adapté à leurs besoins, pour qu'ils puissent investir dans des outils, des animaux, des semences où ce qui leur manquent, et créer, ainsi, une dynamique autarcique sur le plan de la production nécessaire à leur survie.

Les Ténardier ont bien changé

Aujourd'hui, dans son pays, on dit que plus de 13% de la population bénéficie d'un crédit de la Grameen Bank. Le succès de sa méthode est tel, que les prêts non remboursés ne représentent qu'une faible proportion de tous les crédits accordés (-de 10%). Il semblerait que les pauvres soient d'une honnêteté irréprochable.

La façon de traiter les clients y est sans doute pour beaucoup. Pas de contraintes irréversibles, des engagements qu'on rediscute en cas de problème, il semblerait que les Ténardier ne soient plus, au Bangladesh en tout cas, ce qu'ils furent. Et le système marche. La méthode Yunus a stupéfié les responsables économiques et financiers de la planète. Elle est en train de faire école dans le monde entier.

L'humour en banque

Je ne résiste pas au plaisir de vous raconter comment, un soir de solitude, j'ai tapé «zob» sur un moteur de recherche sur le net. Pourquoi ai-je frappé mon clavier de ces trois lettres rigolotes? Je ne sais plus.

Mon écran s'est tout à coup illuminé et j'ai lu, premier site en ligne: «ZOB = banque». Amusé, j'ai voulu en savoir plus... et j'ai découvert une autre banque tout à fait extraordinaire. Un conte de fée (bancaire)!

Un pilote, Stéphane Geay, avait décidé de se fixer à Madagascar. Il avait acheté un peu de terrain pour y créer un aérodrome et une petite compagnie privée. En observant les paysans - très pauvres - qui cultivaient les champs voisins, il découvrit que leur problème essentiel était de pouvoir s'acheter un zébu, ce bœuf de là-bas. Avec un zébu, toute leur existence pouvait changer.

Le plan épargne zébu

Avec quelques amis, il décida de fonder une banque qui permettrait à ces paysans d'acheter à crédit le fameux zébu nourricier qui pourrait changer leur manière de produire et de vivre. Ils nommèrent leur organisme : "Zébu Overseas Bank". Avec humour elle devint le sigle: «ZOB»!

Ils mirent la main à la poche afin de financer les premiers achats de zébus. Puis, dépassés par le succès de l'entreprise et les besoins des paysans, ils firent appel au public. Leur incroyable banque fut mise en ligne.

Aujourd'hui, pour moins de 250 Euros, vous pouvez financer votre zébu grâce à leur «Plan Épargne Zébu». Et vous en serez le propriétaire. Vous pourrez même demander de ses nouvelles où l'adresse de la famille malgache à laquelle on le confiera. Cette dernière en prendra soin, l'utilisera pour travailler et survivre et vous aurez placé votre argent très intelligemment.

Sans compter que vous pourrez prendre vos vacances dans ce pays magnifique et aller caresser votre zébu... Allez, ne résistez pas au plaisir de participer, enfin, à la création d'un monde nouveau.

Rolf Kesselring

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article