Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ronaldo pousse un horloger genevois à la faillite

Un duel, sur le terrain judiciaire, avait opposé Ronaldo à Montega.

(Keystone)

Face au litige qui l’oppose au footballeur brésilien, la société Montres in Extenso, anciennement Montega Genève, a décidé de se mettre en faillite.

Ronaldo lui réclame sept millions de francs, suite à un contrat pour la commercialisation d’un chronographe à son effigie.

Fin de partie pour la montre R9. Après plus de deux ans de batailles judiciaires, le quotidien romand La Tribune de Genève révèle que l’horloger genevois a préféré fermer boutique plutôt que de poursuivre le match contre la vedette brésilienne.

Blessure fatale

Le partenariat entre Montega et Ronaldo avait débuté en septembre 1998, lorsque la société et le joueur signaient un contrat de trois ans pour la commercialisation d’un chronographe spécialement conçu à son effigie.

Hélas, le célèbre Brésilien est resté absent des stades jusqu’à la Coupe du Monde 2002 à cause d’une grave blessure au genou. Une éclipse fatale, au plan marketing, pour l’horloger qui aurait déjà versé quatre millions de dollars au footballeur.

S’engage alors une lutte judiciaire entre les deux parties. Montega réclame à Ronaldo plus de 10 millions de dollars pour les frais engagés pour créer la montre, les pertes et les dommages subit dans cette aventure.

Le footballeur conteste cette vision des choses et estime, au contraire, que l’horloger doit lui verser les sept millions de francs qui manquent à sa rémunération.

Montega jette l’éponge

Après avoir dépensé plus de 500’000 francs en frais de justice, l’horloger genevois a abandonné la voie de l’arbitrage international et s’est déclaré en faillite.

Cyrille Piguet, l’avocat du footballeur, n’exclut pas d’intenter une action en responsabilité contre les administrateurs de la société.

A la dette envers Ronaldo, s’ajoutent encore diverses créances pour environ deux millions de francs, dont un million est contesté par Montega, qui s’appelle aujourd’hui Montres in Extenso.

Selon La Tribune de Genève, l’horloger dispose d’actifs en «montres et autres pièces estimés à plus de trois millions de francs».

swissinfo, Luigino Canal

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×