Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ruth Metzler veut débourser dix millions pour l'intégration des étrangers

Pour promouvoir l'intégration, la Confédération mettra la priorité sur l'enseignement des langues nationales.

(Keystone)

Pour la première fois de son histoire, la Confédération va allouer des subventions pour promouvoir l'intégration des étrangers. Communication et participation font partie du programme présenté jeudi par la conseillère fédérale Ruth Metzler.

«Cette participation de la Confédération à la politique d'intégration est une grande innovation», a expliqué la ministre lors de cette journée organisée par la Commission fédérale des étrangers (CFE).

«L'intégration ou la cohabitation doit remplacer l'exclusion. Mais pour s'intégrer, l'étranger doit mieux s'impliquer dans des structures sociales», a souligné la cheffe du Département fédéral de justice et police.

S'il existe de nombreuses associations d'aide à l'intégration, la Suisse demeure encore pauvre dans ce domaine. «Ce programme fédéral devrait combler certaines lacunes», explique Walter Schmid, vice-président de la CFE.

Quatre axes ressortent clairement de ce programme. La priorité portera sur l'enseignement des langues nationales, mais en sortant des cours traditionnels. Ces programmes devront, selon un deuxième axe, se dérouler avec des «personnes clés», des citoyens déjà engagés dans ce genre d'action sur le plan local.

Les deux autres points forts consistent en une meilleure participation des étrangers à la vie sociale, et au renforcement des services d'aide aux étrangers. Pour Walter Schmid, «ces services sont actuellement trop faibles par manque de moyens».

Le programme présenté devant un parterre de spécialistes a suscité un certain enthousiasme face à la volonté politique du département. Néanmoins de nombreuses interventions ont tourné autour de l'urgence.

«Dans trois ans, nous toucherons l'objectif que nous aurions dû atteindre il y a dix ans», explique Thomas Kessler, délégué aux questions de migration et d'intégration à Bâle-Ville. Une remarque qui met en exergue un retard endémique de la Confédération en matière d'intégration.

Quant aux dix millions nécessaires à la réalisation de ces projets, ils doivent encore être votés par le parlement. De nombreux organismes considèrent cette somme comme minime. Mais pour Walter Schmid, il s'agit maintenant de «faire avec» en «mettant l'accent sur des projets permettant réellement de changer la vie des étrangers».

Jean-Louis Thomas

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×