Navigation

Sécurité alimentaire: création d’une autorité indépendante européenne d’ici à 2002

Cette agence sera chargée de conseiller la Commission européenne sur les mesures à prendre pour faire face aux crises alimentaires. Elle travaillera en étroite collaboration avec les autorités des Quinze et celles de pays tiers tels que la Suisse.

Ce contenu a été publié le 11 janvier 2000 - 16:47

Cette agence sera chargée de conseiller la Commission européenne sur les mesures à prendre pour faire face aux crises alimentaires. Elle travaillera en étroite collaboration avec les autorités des Quinze pays membres de l’Union et celles de pays tiers tels que la Suisse.

La future autorité est l'initiative la plus spectaculaire d'un "Livre blanc sur la sécurité alimentaire" que la Commission européenne dévoilera mercredi. Bruxelles y voit un moyen de restaurer la confiance des consommateurs dans la nourriture. Une confiance que les crises de la vache folle et du poulet à la dioxine ont sérieusement ébranlée.

La nouvelle agence devra collecter des données scientifiques sur tous les aliments, qu'ils soient destinés à la consommation humaine ou animale. Un système d'alerte rapide sera mis en place. Sur la base des données ainsi recueillies, l'agence conseillera la Commission. Bruxelles pourra exiger, le cas échéant, le retrait du marché d'un produit.

L'agence n'aura cependant aucun pouvoir régulateur, à l'inverse de la toute puissante Food & Drug Administration américaine. Elle sera néanmoins le "point de référence scientifique" pour les consommateurs, les Quinze et au-delà. Car l'Europe est, après tout, le premier producteur mondial d'aliments et de boissons.

Le Livre blanc propose en outre une panoplie de mesures pour renforcer la législation européenne afin d'assurer une sécurité des aliments "de la ferme à l'assiette". La procédure d'autorisation de mise sur le marché des organismes génétiquement modifiés sera clarifiée. La négociation de nouveaux accords sanitaires avec des pays comme la Suisse est également envisagée. Dans le souci, toujours, de redonner confiance aux consommateurs européens.

Olivier Thomas

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.