Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sans complexes, la Suisse bat les Pays-Bas

9e minute: Tranquillo Barnetta vient de frapper son premier coup. Sur penalty.

(Keystone)

L'équipe nationale en forme ascendante à 289 jours de l'Euro 08. Mercredi, en match amical à Genève, les hommes de Köbi Kuhn ont battu les Pays-Bas 2-1. Deux réussites de Barnetta.

Cette jeune équipe s'est montrée très agressive et très convaincante sur le plan technique. La Suisse semble bel et bien avoir retrouvé son esprit de corps.

La Suisse tient enfin sa victoire face à une grande nation du football. Quatorze ans après le 1-0 du Wankdorf contre l'Italie lors de la campagne de qualification pour la Coupe du monde 1994, les Suisses ont épinglé les Pays-Bas à leur tableau de chasse.

Au Stade de Genève devant 24'000 spectateurs, la sélection de Köbi Kuhn s'est imposée 2-1 grâce à un doublé de Barnetta (9e et 51e) dans le premier match amical de la saison de l'Euro 2008.

Après un printemps bien délicat, notamment marqué par l'éviction du capitaine Johann Vogel, la Suisse a retrouvé cet esprit de corps qui peut lui permettre de déjouer tous les pronostics. Amorcé il y a deux mois demi lors du nul de Bâle contre l'Argentine (1-1), ce retour aux vertus du passé augure un bel avenir.

Après le coup de sifflet final, Köbi Kuhn n'a pu que remercier ses joueurs pour ce match où chacun a dû «s'engager à 100%».

Barnetta oublie Cologne

L'abnégation de Fernandes et la malice de Vonlanthen devaient provoquer le penalty de la 9e minute. Le demi de Manchester City "volait" un ballon aux Néerlandais pour démarquer Vonlanthen qui a su provoquer la faute de Stekelenburg, remplaçant de Van der Sar.

En l'absence de Frei, c'est Barnetta, l'un des frappeurs malheureux du huitième de finale contre l'Ukraine à la Coupe du monde, qui transformait ce penalty. Sa frappe fut imparable. Le souvenir mortifiant de Cologne ne le hantera peut-être plus.

En marquant d'entrée de jeu, la Suisse a obligé les Néerlandais à prendre le match à leur compte plus vite sans doute qu'ils ne le désiraient.

Les Bataves devaient attendre la demi-heure pour porter enfin le danger avec une percée de Van Nistelrooy. Une frappe de Sneijder (34e) et un tir de Van der Vart, bien stoppé par Coltorti (40e), furent les deux actions à porter au crédit d'une équipe des Pays-Bas bien décevante.

Von Bergen et Fernandes excellents

Cette première période a apporté trois enseignements à Köbi Kuhn. Titularisés tous deux pour la première fois, Von Bergen et Fernandes ont su pleinement saisir leur chance. Déjà excellent contre l'Argentine, Inler s'affirme de plus en plus comme le successeur indiscutable de Vogel.

Enfin, le retour de Nkufo apportera bien un plus à la sélection. Le buteur de Twente fut un passeur inspiré pour Margairaz à la 28e, pour la première réelle occasion de la Suisse.

A la 39e, il ratait d'un rien le 2-0 quand il a surgi sur un centre de Philipp Degen qu'Inler avait parfaitement lancé. Son influence dans le jeu est plus marquante que celle d'un Streller.

Nkufo était, ainsi, impliqué, au même titre que Fernandes et Margairaz, sur l'action du 2-0 de Barnetta à la 51e. Cette fois, le joueur du Bayer Leverkusen frappait du gauche pour loger le ballon sous la lucarne. «J'ai aussi eu de la chance que la balle rebondisse comme une boule de billard et arrive droit dans mes pieds», dira Barnetta à l'issue de la rencontre.

L'euphorie retombait toutefois très vite dans le camp suisse. Dans la même minute, Babel échappait à Degen et armait un centre pour la tête victorieuse de Kuyt. Les deux joueurs de Liverpool avaient été introduits à la pause par Marco Van Basten avec Boulahrouz et Seedorf. Ces quatre changements métamorphosaient les Néerlandais, enfin à la hauteur de leur réputation.

La parade de Coltorti

A la 62e, Magnin perdait un ballon devant Van Persie. Fort heureusement, Coltorti rattrapait l'erreur de son capitaine avec un arrêt de classe devant Babel. Le portier des Grasshoppers a, lui aussi, marqué des points au Stade de Genève. Une nouvelle intervention de Magnin sur Van Persie à la 64e qui avait peut-être le poids d'un penalty fut la dernière alerte pour les Suisses.

Malgré les six changements apportés par Köbi Kuhn, la Suisse terminait mieux la rencontre avec un centre-tir de Lichtsteiner sur le haut de la transversale (75e) et une occasion en or de Yakin après un centre d'un Magnin (83e) qui avait totalement retrouvé ses esprits.

swissinfo et les agences

Faits

Suisse - Pays-Bas 2-1
Stade de Genève. 24'000 spectateurs.
Buts: 9e Barnetta (penalty) 1-0. 51e Barnetta 2-0. 52e Kuyt 2-1.
Suisse: Coltorti; Philipp Degen (69e Lichtsteiner), Van Bergen, Senderos (87e Cabanas), Magnin; Vonlanthen, Fernandes (67e Huggel), Inler, Barnetta (74e Spycher); Margairaz (81e Yakin); Nkufo (56e Streller).
Pays-Bas: Stekelenburg; Jaliens (46e Boulahrouz), Heitinga, Bouma, Emanuelson; De Zeeuw, Van Bronckhrost, Sneijder (Seedorf); Van der Vaart (46e Babel), Van Nistelrooy (46e Kuyt), Van Persie.
La Suisse sans Müller, Djourou, Dzemaili, Gygax, Behrami et Frei (blessés). Les Pays-Bas sans Van der Sar (blessé).

Fin de l'infobox

Test de sécurité pour l'Euro

Dernière rencontre de l'équipe nationale à Genève avant l'Euro 08, ce Suisse-Pays-Bas n'était pas un match «à risque». Il a néanmoins permis aux gendarmes de se roder dans la gestion des foules et du trafic.

Six «spotters» hollandais (policiers en civil spécialistes des hooligans) étaient là, avec deux de leurs collègues en uniforme, pour aller au contact des supporters de leur pays.

Six autres spotters de Bâle, Berne et Zurich, les autres villes suisses hôtes de l'Euro épaulaient aussi leurs collègues genevois.

Et quatre responsables policiers étrangers, experts de grands clubs comme Arsenal, livreront leurs observations sur le dispositif de sécurité dans le cadre d'un programme européen de prévention de la violence dans les stades.

Par ailleurs, les responsables politiques des polices des cantons latins, qui souhaitent être associées plus étroitement aux préparatifs de l'Euro 08 ont rencontré pour la premières fois leurs collègues des cantons hôtes, ainsi que le ministre de la Défense et des Sports Samuel Schmid, mercredi à Genève.

Fin de l'infobox


Liens

×