Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sauber roule dans la cour de Ferrari

Peter Sauber fonde de grands espoirs sur la saison 2004 avec sa nouvelle C23.

(Keystone)

Les relations entre la petite écurie suisse de F1 et sa grande sœur italienne deviennent de plus en plus étroites.

La C23, dernier-né des bolides de Sauber présenté en grande pompe lundi à Salzbourg, disposera en effet du même moteur que les F1 de la Scuderia. Et ce n’est pas tout…

Un petit PC 12 aux couleurs vert-bleues, propriété de Peter Sauber, se pose sur la piste de l’aéroport de Salzbourg et se gare devant une imposante pyramide en verre.

En cette fin de matinée de janvier, le patron de l’écurie suisse de F1 descend de son appareil et pénètre d’un pas alerte et sûr dans le «Hangar 7» de son sponsor autrichien Red Bull. Dix ans de fidélité valent bien ce petit dépaysement.

En guise de hangar, c’est en fait d’un dôme en verre high-tech et design qu’il s’agit. Le cadre idéal pour présenter en grande pompe la dernière-née de la lignée des voitures Sauber: la C23.

Au programme de la cérémonie: instruments délirants, sons étranges, feux d’artifices et le groupe anglais «Sugababes». Le grand show!

Le nouveau bolide: la C23

Au-delà du show, l’avènement de la C23 marque le début d’un nouveau cycle pour l’écurie suisse. Contrairement à la C21 et la C22, elle n’est pas une amélioration de la C20. Mais bien un nouveau modèle plus petit et plus étroit.

«Il fallait une rupture, explique Jacky Eeckelaert. Avec cette voiture, nous avons fait un grand pas au niveau de l’aérodynamisme».

Et l’ingénieur chef de l’usine d’Hinwil de poursuivre : «nous pourrons encore affiner les détails dans notre toute nouvelle soufflerie en début de saison. Mais nous nous sommes également concentrés sur les suspensions afin de les adapter au mieux à nos pneus Bridgestone.»

D’accord. Mais la véritable révolution réside principalement dans le fait que, pour la première fois, les Sauber bénéficieront du même moteur que les deux monoplaces de l’équipe Ferrari.

L’ombre de la Scuderia

Nouveau règlement oblige – la Fédération internationale de l’automobile exige désormais que les F1 disposent du même moteur pour les essais et la course (700 kilomètres) – la Scuderia a développé un nouveau moteur dont elle fait bénéficier son partenaire de longue date.

Ferrari a également fourni aux ingénieurs d’Hinwil les caractéristiques techniques de sa nouvelle boîte de vitesse et de sa suspension arrière.

Ajouter à cela qu’en échange les deux pilotes Sauber – le Brésilien Felipe Massa et l’Italien Giancarlo Fisichella – joueront les testeurs de luxe de Ferrari et l’on comprend mieux comment le bleu de l’écurie suisse vire inexorablement au rouge italien.

«Le fait que les deux teams soient si proches a également joué dans ma décision de signer chez Sauber», reconnaît d’ailleurs du bout des lèvres Giancarlo Fisichella, courtisé depuis plusieurs années par le boss zurichois.

Le pilote italien ne verrait sûrement pas d’un mauvais œil l’idée de succéder à Rubens Barrichello au volant d’une des deux «flammes rouges» d’ici quelques temps.

Sauber reste indépendant

De là à penser que l’écurie Sauber est le nouveau «farm team» de Ferrari, il n’y a qu’un pas… que Peter Sauber rechigne à franchir:

«Ce n’est pas le cas, explique-t-il. Mais cela ne me dérange pas que vous voyez la chose ainsi. Nos deux pilotes n’ont d’ailleurs pas de contrats de pilotes de tests chez Ferrari mais nous devons allier nos forces pour concurrencer les équipes roulant avec les pneus Michelin.»

Force est d’admettre que pour l’heure, l’écurie Sauber et son budget estimé à un peu plus de 120 millions de dollars défend avec velléité la part d’indépendance qui lui reste.

Selon la SonntagsZeitung, Petronas assure 60 millions du budget, le Crédit Suisse 30 millions, Red Bull 16 millions, le reste se partageant entre la multitude de petits sponsors et les gains enregistrés en course.

«Si par le plus grand des hasards une Sauber venait à se trouver en concurrence avec une Ferrari pour la victoire finale, personne ne pourrait nous demander de couper les gaz», conclut Willy Rampf, le directeur des techniciens de chez Sauber.

swissinfo, Mathias Froidevaux à Salzbourg

En bref

- Le nouveau bolide de l’écurie Sauber, la C23, a été présenté officiellement lundi soir à Salzbourg.

- 1000 personnes ont assisté à la manifestation organisée par l’écurie suisse.

- Le choix de la cité autrichienne était un moyen de célébrer les dix ans de partenariat entre Sauber et la firme Red Bull.

- Le traditionnel show s’est déroulé dans le Hangar 7, une pyramide en verre high-tech et top design, basée sur l’aéroport même de Salzbourg.

- Pour l’occasion, le groupe anglais «Sugababes» avait fait le déplacement.

- Les premiers essais sur la C23 auront lieu dès mercredi prochain à Valence.

- Cette saison, les deux pilotes de l’écurie Sauber sont l’Italien Giancarlo Fisichella et le Brésilien Felipe Massa.

Fin de l'infobox

Faits

Sauber entame sa douzième saison de F1.
Son budget pour la saison 2004 est évalué à 120 millions de dollars.
En comparaison, celui de Ferrari avoisinerait les 600 millions.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×