Sauter plus haut...

Le retour de Lesley McNaught permet aux Suisses d'être ambitieux à Jerez. Keystone Archive

L'équipe de Suisse de saut d'obstacles apparaît comme l'une des plus compétitives et homogènes des Mondiaux de Jerez.

Ce contenu a été publié le 14 septembre 2002 - 12:03

Le grand retour de Lesley McNaught n'y est pas étranger. Markus Fuchs est vraiment à la tête d'une équipe très fiable.

La victoire obtenue fin juin dans le "temple" d'Aix-la-Chapelle, devant
35 000 spectateurs impressionnés, avait déjà fait renaître quelques sérieux espoirs pour les Suisses.

Il s'agissait encore de trouver un quatrième cavalier très compétitif, car on savait bien que MM. Fuchs, Freimüller et Mändli ne pourraient pas aligner des sans-faute indéfiniment.

Le retour de Lesley McNaught

C'est alors que réapparu - presque miraculeusement - Lesley McNaught. L'amazone d'Avenches qui se consacrait surtout au trot attelé depuis les J.O De Sydney semblait presque perdue pour le saut d'obstacles.

Elle qui ne disposait plus de cheval pour la compétition du saut. Plus rien, sinon de tous jeunes espoirs élevés dans ses écuries!

Sa soeur, Helen, réussit pourtant à lui en retrouver un, et même plusieurs! Cette dernière travaille en effet au service d'un grand propriétaire de Beverly Hills (M. Saperstein). Et celui-ci était déçu des résultats de son écuyer américain Ray Texel.

Lesley McNaught obtint donc Pershing, l'ex-crack de Urs Fäh, et réussit à se qualifier pour les Mondiaux de Jerez en trois concours!

Mieux, elle brilla, tant à Hickstead, à Dublin et à Donaueschingen que M. Saperstein, ravis, lui a maintenant encore confié Fleur et Lexicon, avec lesquels elle vient de se distinguer (2e, 3e) au CSIO de Calgary. Le concours le mieux doté au monde.

Les ambitions affichées de Markus Fuchs et Beat Mändli

Egalement présents à Calgary, Markus Fuchs et Beat Mändli avaient chacun décidé de laisser leur cheval no 1 au repos. En prévision des Mondiaux de Jerez justement.

Avec Tinka's Boy, Markus Fuchs a prouvé cent fois sa classe mondiale. Il fait partie des grandissimes favoris pour la finale tournante (avec échanges de chevaux entre les quatre finalistes).

Avec les Allemands Ludger Beerbaum et Otto Becker, le Brésilien Rodrigo Pessoa - tenant du titre - et la jolie petite Suédoise Malin Baqryard, Beat Mändli et Lesley McNaught en rêve sans doute aussi.

Pour Paul Freimüller, en revanche, le but est de monter sur le podium par équipe. Là, les favoris seront l'Allemagne, la Belgique et... La Suisse, toujours très présente dans cette compétition en équipe.

Une relève assurée

Aux récents Championnats de Suisse, les jeunes cavaliers et cavalières ont déjà montré qu'il faudrait compter avec eux bientôt.

Daniel Etter (Lorina 2 CH) a en effet triomphé, devant Christophe Barbeau (Querly Chin), Dehlia Oeuvray (Samothrace) et Céline Stauffer (Baloubet du Rouet), malchanceuse 4e.

Des jeunes, des Romands et des femmes: la tendance est là, la relève est en marche! C'est réjouissant.

Car si à Jerez et peut-être à Athènes, on aura d'abord besoin des vedettes confirmées pour espérer décrocher une médaille, l'avenir doit se préparer à l'avance. Dans ce sport-ci aussi.

swissinfo/ Alban Poudret à Jerez

Mondiaux de Jerez:

Concours de saut d'obstacle par équipes les 18 et 19 septembre
Concours individuels les 21 et 22 septembre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article