CERN Un nouveau «starter» pour booster les particules

Le CERN inaugure aujourd’hui le Linac 4, son nouvel accélérateur linéaire. C’est le premier maillon de la chaîne qui envoie des particules dans le LHC, le grand accélérateur circulaire de 27 kilomètres. Avant d’y arriver en effet, les particules sont accélérées d’abord en ligne droite sur 30 mètres, puis injectées dans trois anneaux successifs de diamètres croissants. A chaque étape, elles gagnent en énergie.

Linac 4 (qui a succédé à Linac 2) est la machine qui donne l’impulsion initiale. Son augmentation de puissance s’inscrit dans le projet LHC haute luminosité, qui doit permettre d’ici 2025 de multiplier par 10 l’énergie des faisceaux de particules dans le grand accélérateur. Ceci afin d’augmenter le nombre de collisions et donc la quantité de données enregistrées par les détecteurs. Les phénomènes que les physiciens cherchent avec le plus de curiosité se produit en effet à des niveaux d’énergie que le LHC ne permet pas encore d’atteindre.

Le CERN inaugure aujourd’hui le Linac 4, son nouvel accélérateur linéaire. C’est le premier maillon de la chaîne qui envoie des particules dans le LHC, le grand accélérateur circulaire de 27 kilomètres. Avant d’y arriver en effet, les particules sont accélérées d’abord en ligne droite sur 30 mètres, puis injectées dans trois anneaux successifs de diamètres croissants. A chaque étape, elles gagnent en énergie.

Linac 4 (qui a succédé à Linac 2) est la machine qui donne l’impulsion initiale. Son augmentation de puissance s’inscrit dans le projet LHC haute luminosité, qui doit permettre d’ici 2025 de multiplier par 10 l’énergie des faisceaux de particules dans le grand accélérateur. Ceci afin d’augmenter le nombre de collisions et donc la quantité de données enregistrées par les détecteurs. Les phénomènes que les physiciens cherchent avec le plus de curiosité se produit en effet à des niveaux d’énergie que le LHC ne permet pas encore d’atteindre.


(Maximilien Brice/ CERN)


×