Navigation

Un charognard des Alpes récemment ressuscité

Contenu externe


Plus grand oiseau des Alpes, le gypaète barbu a été exterminé au XIXe siècle. Aujourd'hui, l’espèce reste menacée d’extinction, malgré des mesures de repeuplement. 

Ce contenu a été publié le 27 janvier 2018 - 13:29
Susan Misicka et Julie Hunt

A partir de 1986, les gypaètes barbus ont été réintroduits en Autriche, en Suisse, en Italie et en France. Actuellement, 200 spécimens s’ébattent dans les Alpes, dont une douzaine de couples reproducteurs en Suisse.

A la fin du XIXe siècle, il a été délibérément décimé et finalement exterminé en Suisse. La Station ornithologique suisse estimeLien externe qu’il est le «principal martyr de l'avifaune helvétique, sacrifié sur l'autel de l'ignorance destructrice de l'homme.». On le considérait entre autres comme un tueur d’agneau.

En fait, l'oiseau n'est pas un prédateur. Il se nourrit plutôt de la charogne et des os de chamois morts, de bouquetins, et peut-être de bovins ou de moutons morts dans les pâturages.

Raphaël Arlettaze, responsable de la biologie de la conservation à l'Université de Berne, apprécie particulièrement ces vautours barbus: «C'est fantastique de les observer parce qu'ils sont très curieux - parfois ils volent de cinq à dix mètres au-dessus de votre tête! Pouvez-vous imaginer un oiseau avec une envergure de trois mètres qui vole si près? Je pense que chaque Suisse devrait en faire l'expérience une fois dans sa vie. Il n'oubliera jamais ce qu'est un vautour barbu».

Les gypaètes barbus (formé des noms grecs gups/vautour et aétos/aigle) vivent en couple pour la vie. Leurs parades nuptiales consistent en de spectaculaires piqués à deux. Les couples élèvent habituellement un jeune par année.

Poids: 5-7kg

Envergure: 250-280cm

Nourriture: os d’animaux morts

Où les trouver: habitats alpins

État de conservation: en danger

Population en Suisse: Environ 12 couples reproducteurs

End of insertion

 

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.