Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Science pour tous

(swissinfo.ch)

Jusqu'au 11 mai, il y en aura pour tous les goûts sur les dix sites du Festival Science et Cité. Décentralisée et laissée à l'initiative des comités d'organisation locaux, la manifestation usera de tous les biais possibles pour démontrer que la science n'est ni ennuyeuse, ni aussi abstraite que l'on pourrait le croire et qu'elle influe directement sur notre vie de tous les jours.

Secrétaire d'Etat à la science et à la recherche, le Vaudois Charles Kleiber est le vrai père spirituel de la manifestation. Au départ, il entendait en faire une grande fête de la science à Berne. Mais la Suisse n'aime pas trop le centralisme et les régions universitaires ont rapidement obtenu chacune leur part du gâteau.

Mais même pour une manifestation éclatée, la Fondation Science et Cité entendait à l'origine donner une impulsion forte sur le contenu de la fête. Encore trop dirigiste pour l'esprit helvétique. On a donc choisi de laisser plus ou moins carte blanche aux organisateurs locaux, sous le thème global des «frontières de la science».

Au final, c'est donc à dix manifestations plutôt hétéroclites que le public est convié. Si les Alémaniques et les Tessinois vont d'abord mettre en avant le travail de leurs hautes écoles, les Romands ont choisi de privilégier une relation plutôt critique à la recherche et à ses applications pratiques.

Ainsi Genève a choisi de traiter des «sciences et parasciences», en invitant des représentants des médecines traditionnelles africaines et des conférenciers qui viendront traiter d'alchimie ou d'anamorphose. Soirées et films de science-fiction sont également au programme, aux côtés de rendez-vous nettement plus «sérieux», comme une exposition sur la conquête de Mars ou une autre sur les traitements de l'infertilité.

A Lausanne, le Festival s'intitulera «traversées - à la rencontre des sciences» et entend laisser une large place aux sciences humaines, aux côtés des sciences exactes. Il y sera question aussi bien de mythologie que de bien-être ou de gastronomie, d'amour et de génétique, de zoologie et de fonctionnement du cerveau.

Fribourg va s'adresser avant tout à la jeunesse, avec de nombreuses conférences et animations dans les classes. Une série de présentations sur la naissance à travers les âges (de l'Egypte ancienne à nos jours) est aussi prévue, ainsi que des manifestations en plein air, sur le thème général du feu, force de civilisation mais également de destruction.

Neuchâtel enfin propose une semaine de «métamorphoses», avec de nombreux spectacles et conférences sur des thèmes très divers, allant de l'évolution du savoir à travers les âges à la vie des insectes, en passant par les fameuses maladies dites «de civilisation».

Les programmes détaillés de ces manifestations (ainsi que de celles prévues au Tessin et en Suisse alémanique) sont accessibles directement par la liste de liens ci-contre.
Enfin, «last but not least», dix «baromètres du bonheur» seront installés dans les gares de chacune des villes participantes, afin de mesurer de la façon la plus scientifique possible le BNB (bonheur national brut) du pays, en tenant compte des variations individuelles qu'introduit le spectateur de passage qui, constatant le bonheur des autres, décide d'y ajouter ou d'y soustraire le sien.

swissinfo

×