Sensualité des oeuvres textiles contemporaines

Hanna Jung, "Two spaces - the space for nude and the space for a stone", 1973-1974. Coll. de l'Association Pierre Pauli

C´est grâce aux Biennales internationales de la tapisserie et à leur initiateur, Pierre Pauli, que Lausanne est devenue une capitale de l´art textile. Retour en arrière par le biais d´une exposition de la Fondation Mary Toms-Pierre Pauli.

Ce contenu a été publié le 31 juillet 2000 - 15:47

Si l'histoire de l'art textile contemporain, alias la tapisserie, passe par Lausanne, cela est dû pour une bonne part à Pierre Pauli, décédé en 1970.

Fondée en 1978, l'Association Pierre Pauli a réuni une importante collection de tapisseries contemporaines, offertes par ses membres, qui ont pour noms Magdalena Abakanowicz, Jagoda Buic ou Elsi Giauque, parmi les pionnières du renouveau de la tapisserie.

La collection Pauli a pour intérêt de représenter les diverses tendances de la tapisserie contemporaine, de l'environnement à l'objet en passant par la plus traditionnelle tenture. Un autre de ses intérêts consiste à rappeler aux mémoires les Biennales internationales de la tapisserie dont Lausanne a été le siège, de 1962 à 1995.

Nostalgie donc, pour le visiteur de l'exposition de la récente Fondation Mary Toms-Pierre Pauli, qui résulte de la fusion de deux collections, celle de l'Association Pierre Pauli et celle de tapisseries anciennes léguées par Mary Toms.

C'est le versant actuel de cette double collection qui est aujourd'hui présenté à l'Espace Arlaud à Lausanne. On y redécouvre les connotations sensuelles de l'art textile, lorsqu'il est, comme dans la pièce de Wojciech Sadley intitulée "Le dard", associé à l'utilisation de matériaux durs et même tranchants, lorsqu'il adopte, comme dans les "Deux espaces" de Hanna Jung, les formes d'un lit laineux à souhait. On découvre également le rôle prééminent des lissiers polonais dans la réhabilitation au XXe siècle de l'art de la tapisserie.

Laurence Chauvy

Art textile contemporain à l'Espace Arlaud à Lausanne (pl. de la Riponne 2bis, tél. 021/ 316 38 50). Jusqu'au 27 août.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article