Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sepp Blatter au pied du mur

L'heure n'est plus aux sourires entre Lennart Johansson et Sepp Blatter (à droite).

(Keystone Archive)

Réunion cruciale, mercredi à Zurich, pour le président de la FIFA, Joseph Blatter. Le Suisse va devoir, devant le comité exécutif de l'organisation, défendre sa gestion. Et répondre en particulier aux questions posées par l'UEFA, l'Union européenne de football, suite à la faillite de l'entreprise de marketing sportif ISL-ISMM.

Le président de l'UEFA, Lennart Johansson, n'assistera pas, mercredi, à cette réunion extraordinaire du comité exécutif de la FIFA, la Fédération internationale de football, dont il est vice-président. Mais c'est par écrit qu'il a dressé un véritable questionnaire sur l'attitude de Joseph Blatter à la tête de l'organisation qui chapeaute le football mondial.

Dans cette lettre, datée de lundi selon l'agence Reuters, qui en livre le contenu, Lennart Johansson, après avoir regretté «de n'avoir pas été proprement informé depuis quelques temps», pose 25 questions, qui tournent en bonne partie autour de l'affaire ISL-ISMM.

Rappelons que cette entreprise basée à Zoug, partenaire privilégié de la FIFA en matière commerciale et de marketing depuis des années, a été déclarée en faillite le mois dernier. Et les pertes financières, pour la FIFA, pourraient s'élever à plusieurs dizaines de millions de francs suisses.

D'où les interrogations du patron de l'UEFA. «Quand avez-vous été au courant pour la première fois des difficultés financières d'ISL-ISMM et quelles mesures ont été prises alors pour informer le comité exécutif de la FIFA des problèmes potentiels», demande t-il ainsi à Joseph Blatter.

Suivent une série de questions portant, notamment, sur les paiements faits par la chaîne de télévision brésilienne O Globo à ISL-ISMM, dans la perspective de la Coupe du monde 2002. 75 millions de francs suisses dont le versement, selon les dirigeants de la FIFA, aurait fait l'objet d'irrégularités.

Lennart Johansson, candidat malheureux, il y a trois ans, au poste de président de la FIFA, veut également en savoir plus sur FIFA Marketing SA, la société mise sur pied pour reprendre une partie des tâches effectuées par ISL-ISMM.

D'autres questions, encore, portent sur les relations de la FIFA avec Traffic, une agence de marketing brésilienne, mandatée dans le cadre de la mise sur pied du championnat du monde des clubs. Une compétition d'abord prévue cet été en Espagne, mais qui a dû être déprogrammée en catastrophe, faute de sponsors.

La réunion de mercredi est donc cruciale pour Joseph Blatter. Car la pression pourrait encore s'accroître sur lui, s'il ne parvient pas par ses réponses à convaincre le comité exécutif. Et en particulier Lennart Johansson, qui avait agité, le mois dernier, la menace d'un vote de défiance à l'égard du président, lors du congrès extraordinaire de la FIFA, qui doit se tenir début juillet à Buenos Aires.

swissinfo avec les agences


Liens

×