Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Shoah: la nervosité grandit autour de l'argent des banques suisses

Le juge Korman reçoit de nombreuses lettres des plaignants juifs.

(Keystone)

Le plan de répartition des 1,25 milliard de dollars versés par les banques suisses soulève des passions parmi les survivants de la Shoah. Le juge Edward Korman, qui tiendra une audience publique lundi à New York, croule sous leurs lettres.

Les sentiments exprimés dans les nombreuses lettres envoyées à la Cour fédérale de Brooklyn vont de la résignation à la passion, du doute à la colère.

Près de deux ans ont passé depuis la signature de l'accord global conclu par les plaignants juifs avec les banques suisses et le juge Edward Korman, en charge du dossier, doit encore approuver le plan de répartition qui devrait répondre aux demandes d'un demi-million de plaignants potentiels, ou peut-être plus, répartis autour du monde. Le juge a donc fixé une audience publique lundi à Brooklin pour évaluer le nombre des victimes de l'Holocauste et de leurs représentants.

C'est l'administrateur spécial Judah Gribetz qui a élaboré le projet de plan de répartition prévoyant de verser 800 millions de dollars aux plaignants qui peuvent prouver que leurs familles ont déposé de l'argent dans les banques suisses afin de le soustraire aux nazis et qui ne l'ont jamais récupéré. Selon le dernier recensement, environ 80 000 personnes ont été identifiées comme dépositaires ou héritières des dépositaires.

L'autre partie du montant global, soit 450 millions de dollars, devrait revenir aux réfugiés de guerre qui se sont vus refuser l'entrée en Suisse ou qui ont été expulsés de ce pays. Elle devrait également être versée aux travailleurs forcés au service de sociétés suisses, aux victimes qui ont été dépouillées par les nazis et dont les avoirs ont apparemment été transférés en Suisse.

Le médiateur spécial, ancien président de la "Jewish Community Relations Council" de New York, estime que chaque réfugié devrait recevoir environ 2500 dollars et chaque travailleur forcé 1000 dollars. Cependant, dans une lettre destinée aux plaignants, il reconnaît qu'il "n'y a simplement pas assez d'argent disponible" pour indemniser tous les héritiers des victimes des nazis.

En relation avec les 100 millions de dollars destinés aux victimes des pillages nazis, Judah Gribetz concède également que ce serait trop difficile et extrêmement long de traiter et valider individuellement chaque demande de cette catégorie de personnes. En lieu et place, il propose d'utiliser cet argent pour acheter de la nourriture, fournir des soins médicaux et un logement pour les plus nécessiteux.

La nouvelle que les dédommagements devraient atteindre, au mieux, quelques milliers de dollars par victime a suscité des réactions très diverses. Beaucoup d'auteurs de lettres se plaignent que le règlement est trop faible et arrive trop tard.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×