Si, si... elle s'ouvre!

Bienne, Morat, Neuchâtel, Yverdon: quatre villes, quatre arteplages. swissinfo.ch

Elle a traversé les tempêtes. Changé d'équipage. Quelques hommes sont passés à la mer. Aujourd'hui, le navire Expo.02 est prêt pour l'aventure. Le vrai départ.

Ce contenu a été publié le 13 mai 2002 - 15:27

«Expo.02, l'événement d'une génération», dit la pub. A ne manquer sous aucun prétexte, puisque c'est unique. Mais encore... Comment rappeler ce qu'est l'Expo en quelques mots (2500 signes exactement)?

Dire peut-être qu'elle se déroule simultanément en quatre endroits. Au Pays des Trois-Lacs. Quatre arteplages avec chacun un thème: Neuchâtel (Nature et Artifice), Bienne (Pouvoir et Liberté), Morat (Instant et Eternité) et Yverdon-les-Bains (Moi et l'Univers).

Ces espaces d'exposition sont reliés par le bateau pirate du Jura - une scène flottante qui naviguera d'arteplage en arteplage. Le visiteur devrait également pouvoir se déplacer d'une île à l'autre grâce aux navettes Iris. Devrait, parce qu'elles ne sont plus que trois, contre les vingt prévues au départ.

Quelques chiffres

Dire encore qu'Expo.02 propose 38 expositions, 1500 spectacles et 10 000 interventions artistiques - danse, théâtre, musique actuelle, classique ou populaire, cinéma, etc. Des manifestations parallèles aussi comme les spectacles d'ouverture et de clôture, le 1er août et les journées cantonales.

Sur les 475 000 m2 (soit 70 terrains de football) que représentent les arteplages, l'Expo attend près de cinq millions de visiteurs. Pour les accueillir, 2000 collaborateurs ont été engagés jusqu'ici. Mais d'autres suivront. Il faut dire que la phase d'exploitation devrait générer 20 millions d'heures de travail!

Et pour en finir avec les chiffres... Celui-ci encore: 1'500'000'000. 1,5 milliard de francs suisses. Le budget total de l'Expo. A l'origine des soucis les plus insolubles de la direction d'Expo.02, à l'origine de la plupart des polémiques.

Une longue histoire

Parce qu'Expo.02, c'est ça aussi. Des problèmes financiers. Et des conflits de personnes. Des départs. Ceux de Pipilotti Rist et de Jacqueline Fendt notamment. Au temps où Expo.02 était encore Expo.01.

Retardée d'une année, la manifestation prend un nouveau départ en mai 1999. Puis une nouvelle direction avec l'arrivée de Nelly Wenger (directrice générale), Martin Heller (directeur artistique) et Daniel Rosselat (directeur Events).

Et puis... les problèmes financiers restent. Jusqu'en mars 2002, deux mois à peine avant la date d'ouverture de la manifestation, il n'était pas certain que la direction surmonte ses éternels soucis de liquidités. Le Parlement accepte finalement de lui accorder un crédit additionnel de 120 millions.

L'exposition nationale est sauvée. Une fois de plus. Et voilà qu'elle va même ouvrir ses portes. Certains en sont encore tout surpris, pourtant, c'est bien vrai... Expo.02, c'est dès mardi.

swissinfo/Alexandra Richard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article