Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

SIG dépose les armes, dans la douleur

SIG abandonne notamment la fabrication des fusils d’assaut à Neuhausen, dans le canton de Saint-Gall.

(Keystone)

SIG a vendu le reste de son secteur armes à la société SAN Swiss Arms, de Michael Lücke et Thomas Ortmeier. Ces investisseurs privés allemands avaient déjà repris début octobre l´essentiel de SIG Arms. Sur 150 emplois, 90 passent à la trappe en Suisse.

SIG cède au 1er décembre la fabrication des fusils d'assaut à Neuhausen (SG) et les activités de Hämmerli à Lenzbourg (AG) à SAN Swiss Arms, a indiqué mercredi SIG. Cette reprise permet d'assurer le service après-vente et la fourniture de pièces de rechange pour les fusils d'assaut. Le prix de la transaction n'a pas été dévoilé.

Sur chacun des deux sites, 45 emplois sont supprimés. La Société industrielle suisse avait déjà vendu, début octobre, 90 pour cent de sa division armes à MM. Lücke et Ortmeier. L'avenir des 700 employés de SIG Arms à l'étranger avait alors été assuré et une vingtaine d'emplois repris en Suisse.

Dans un communiqué, la Fédération des associations suisses des employés des industries mécaniques et électroniques (VSAM) exige un plan social généreux et un soutien optimal pour les personnes licenciées. Elle demande également que les collaborateurs repris par SAN soient soumis à la Convention collective de travail.

S'étant séparé de l'ensemble de son secteur d'armement, SIG peut dorénavant se concentrer sur son activité principale, les technologies d'emballage. La société a également annoncé mercredi un vaste plan de restructuration dans ce secteur.

D'ici fin 2002, 125 emplois seront en effet supprimés sur les 243 que compte le site de SIG Sapal SA à Ecublens. 110 emplois avaient déjà été supprimés, il y a moins d'un an, sur le même site.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×