Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ski alpin à Sölden: démarrage en douceur des Suissesses

Ce n'était juste pas le bon jour pour Sonja Nef.

(Keystone)

Sonja Nef a dû se contenter de la quinzième place pour le prologue de la saison 2000/01, sur le glacier Rettenbach de Sölden, en Autriche. La meilleure Suissesse, Corinne Rey-Bellet, est douzième. La victoire est revenue à l'Allemande Martina Ertl.

Martina Ertl qui a survolé cette épreuve du géant, s'est en effet imposée avec 14 centièmes d'avances sur la Norvégienne Andrine Flemmen et 18 sur la Suédoise Anja Pärson. Dix-septième de la première manche, Martina Ertl a dû patienter de longues minutes avant de pouvoir enfin croire à sa première victoire en Coupe du monde depuis le géant d'Are début 1998.

La skieuse de Pertisau a offert à l'Allemagne son premier succès chez les dames depuis plus de deux ans. «Je suis extrêmement satisfaite de mon matériel. Je savais donc que tout se jouait sur ma performance», a expliqué la vice-championne olympique de la discipline à Lillehammer en 1994.

«Après ma première manche j'étais confiante, car je n'avais perdu que 90 centièmes sur la meilleure. Et j'avais fait une grosse faute, touchant même mon côté droit sur la neige. Je savais que je pouvais faire une belle remontée, mais je n'était pas sure d'être encore en mesure de monter sur le podium. Mes entraîneurs m'ont dit que c'était possible, que cette piste favorisait ces performances», déclarait Martina Ertl. Qui a fêté la treizième victoire de sa carrière, complétant encore un peu plus un palmarès déjà bien fourni.

Et dire qu'Andrine Flemmen aurait pu ne pas faire le déplacement de Sölden. Ses entraîneurs ont hésité à l'envoyer pour cette première course de la saison, à cause des ses problèmes aux genoux. «J'ai alors décidé de prendre cette épreuve comme un entraînement. Je ne voulais pas forcer ni prendre des risques. Cet état d'esprit détendu m'a sans doute permis de monter sur le podium», analysait la Norvégienne.

«J'ai donné la victoire, on ne me l'a pas prise», disait Anja Pärson. Deuxième de la première manche, à 2 centièmes de sa compatriote Anna Ottosson - finalement sixième - la Suédoise a rétrogradé d'un rang à l'issue de la seconde manche.

Septième après la première manche, l'Appenzelloise Sonja Nef pensait avec raison que tout était encore possible, les écarts étant de moins d'une seconde entre les 20 meilleures. «Si on m'avait dit que je terminerais 15e avant la course, je ne l'aurais pas cru. Je n'ai aucune excuse. Je suis capable de mieux, ce n'était juste pas un bon jour», a-t-elle déclaré.

Corinne Rey-Bellet s'est déclarée satisfaite de son classement: «Il me permettra de reprendre confiance en mes capacités». Pour son retour à la compétition, Karin Roten n'a pas réussi à se qualifier pour la deuxième manche (33e). «Je suis très contente de mon débu tde parcours (ndlr: elle a signé le 4e chrono intermédiaire). Le bilan est positif, même si je dois continuer à travailler», a-t-elle précisé.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×