Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Affaire Rappaz: retour à la case grève de la faim

A peine renvoyé en prison jeudi dernier par le Tribunal Fédéral, le chanvrier valaisan Bernard Rappaz s'est remis en grève de la faim. Les démarches juridiques sont au point mort même si diverses pistes sont examinées par l'avocat du détenu.

Jeudi dernier, les juges fédéraux ont débouté le recours Bernard Rappaz contre le refus de la ministre valaisanne de la sécurité Esther Waeber-Kalbermatten de lui accorder une interruption de peine. Renvoyé en prison, le détenu a fait savoir lundi qu’il reprenait sa grève de la faim.

En attendant de connaître les motifs du Tribunal fédéral, le défenseur Aba Neeman étudie l’éventualité d’un recours à la Cour européenne des droits de l'homme ou alors la possibilité d'effet suspensif dans le cadre de la demande de grâce que le parlement valaisan doit étudier en novembre.

Détenu au pénitencier de Crêtelongue (Valais), Bernard Rappaz est soumis à un régime de détention normal et donc astreint à un travail. Mais cette fois-ci, les paramètres ont changé car, dans son jugement, le Tribunal fédéral a précisé qu'une alimentation forcée pouvait être imposée au détenu pour éviter son décès.

Condamné en 2008 à cinq ans et huit mois de prison pour violations de la loi sur les stupéfiants et gestion déloyale aggravée, Bernard Rappaz avait été emprisonné en mars dernier et avait entamé une grève de la faim.

swissinfo.ch et les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×