Navigation

Le Tessin tourne au ralenti

En Italie, les mesures prises par le gouvernement concernent désormais les 60 millions d'habitants du pays. Keystone / Mourad Balti Touati

La décision du gouvernement italien d'imposer des restrictions de voyage sur l'ensemble de son territoire en raison de l’épidémie de coronavirus fait craindre un blocage économique dans le canton frontalier du Tessin.

Ce contenu a été publié le 10 mars 2020 - 14:38

Environ 68’000 personnes traversent chaque jour la frontière italo-suisse pour travailler. Beaucoup d’autres personnes voyagent pour le plaisir. L'économie du Tessin dépend fortement de son arrière-pays italien pour le travail et le commerce. Pourtant, il règne une grande confusion quant à l'impact sur la Suisse des mesures drastiques prises en Italie.

Contenu externe

Que s’est-il passé?

End of insertion

Dimanche matin, quelque 16 millions de personnes en Italie se sont réveillées en apprenant qu'une grande partie du nord du pays était pratiquement bouclée. 

Mardi matin, le gouvernement italien a étendu ces mesures à l'ensemble du pays, une mesure qui touche environ 60 millions de personnes. Les autorités ont ordonné à tout le monde dans le pays de ne pas se déplacer, sauf pour le travail et les urgences, ont interdit tous les rassemblements publics et ont suspendu les manifestations sportives. Ces mesures doivent durer au moins jusqu’au 3 avril.

Il s'agit d'une tentative de contenir l'épidémie de coronavirus qui a provoqué plus de 9000 infections connues dans le pays et a entraîné plus de 400 décès connus. Il s'agit du taux le plus élevé au monde en dehors de la Chine. Des cas ont été confirmés dans les 20 régions italiennes.

En Suisse, les premières infections au coronavirus se sont produites dans le Tessin italophone, qui borde l'Italie, mais le virus a depuis commencé à se propager de manière indépendante dans le pays. Le Tessin reste le canton le plus fortement touché. Mardi, il a annoncé son premier décès dû au coronavirus, une résidente de 80 ans vivant dans une maison de retraite.

Qui peut franchir la frontière pour venir en Suisse?

End of insertion

Seuls les Italiens qui travaillent en Suisse peuvent passer la frontière. Le gouvernement suisse demande qu'ils puissent présenter des documents justificatifs prouvant leur activité professionnelle à leur entrée dans le pays. L'administration fédérale des douanes a précisé qu'elle utilisait des contrôles ponctuels et des contrôles frontaliers «basés sur les risques». 

Mais les Italiens ne seront pas empêchés de travailler en Suisse, une décision importante pour l'économie tessinoise. «La pérennité du système de santé tessinois devrait ainsi être assurée», a indiqué le gouvernement suisse dans une déclarationLien externe mise à jour lundi. Près de 4000 Italiens travaillent en effet dans le système de santé du canton. 

On ne sait pas très bien de quelle manière les étudiants italiens inscrits dans les universités tessinoises ou suisses sont affectés. L'Université de la Suisse italienne a demandé à ses étudiants venant d’Italie de s'abstenir de visiter les campus de l'université à Lugano et Mendrisio. 

Contenu externe


Qui peut passer la frontière pour aller en Italie?

End of insertion

Berne a demandé aux résidents suisses d'éviter de se rendre dans les zones touchées, mais la frontière reste ouverte aux marchandises et les trains internationaux fonctionnent largement dans les délais prévus. Il n'y a pas d'interdiction en place. 

D'autres pays ont émis des avis aux voyageurs pour dire à leurs citoyens de ne pas se rendre dans les zones touchées. 

À quelles autres mesures s’attendre?

End of insertion

Le gouvernement suisse a indiqué ne pas avoir l'intention de fermer complètement la frontière avec l'Italie, comme l'a rappelé lundi soir le ministre de l'Intérieur Alain Berset, qui détient le portefeuille de la santé, sur la chaîne publique italophone RSI. Des considérations économiques pèsent lourdement sur la décision étant donné l'importance des travailleurs en Italie pour l'économie locale du Tessin. Les Italiens occupent un emploi sur quatre dans le canton. 

Un sondage d’opinion publié par le journal dominical SonntagsBlick le week-end dernier a révélé qu'un Suisse sur quatre souhaitait la fermeture de la frontière avec l'Italie en raison de l'épidémie de coronavirus. 

Le gouvernement tessinois a déclaré tard lundi soir qu'il interdisait les visites dans les hôpitaux et les maisons de retraite à partir de mardi, afin de protéger la santé des plus vulnérables et les ressources hospitalières.


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article