Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

De Fribourg à Srebrenica avec un survivant de la guerre



A Srebrenica, les tombes de la famille de Šaban Zukanović.

A Srebrenica, les tombes de la famille de Šaban Zukanović.

Šaban Zukanović est né près de Srebrenica, dans l’actuelle République de Bosnie-Herzégovine. Suite à la guerre de 1992-1995, il a trouvé refuge en Suisse. Quinze ans après, il est retourné dans son pays pour enterrer son père mort à la guerre. Reportage.

Dans le train du retour à Fribourg, où réside actuellement Šaban Zukanović, le contrôleur est d’origine serbe. Sait-il que Šaban est d’origine bosniaque? Ce qui les rapproche? Les deux sont Bosniens – terme qui désigne aujourd’hui les citoyens de Bosnie-Herzégovine sans distinction de leur ethnie ou religion – les deux habitent maintenant en Suisse et parlent français. Ce qui les différencie? Un passé dont ils ont été en partie les jouets. Le ressortissant serbe a pu se réfugier en Suisse avant la guerre et semble à l’aise dans sa vie professionnelle.

Le ressortissant bosniaque a été pris dans les combats qui ont ravagé la Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995. Il en garde des séquelles et se demande pourquoi il est en vie, après avoir perdu des membres de sa famille et vu des amis se faire tuer.

Le cimetière-mémorial de Potočari

Les restes du corps du père de Šaban ont été identifiés en 2009 et inhumés le 11 juillet dernier au cimetière-mémorial de Potočari, près de la ville de Srebrenica, où s’est déroulé, il y a quinze ans, un massacre souvent qualifié du pire génocide commis en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. À une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Srebrenica, dans la montagne, se trouve le village natal de Šaban: Brakovci, dans la commune de Sućeska, canton de Srebrenica.

En 1992, Šaban a 18 ans. Les obus et les tirs de snipers s’abattent sur Brakovci et les villages voisins. Les éléments serbes de l’ancienne Armée populaire yougoslave (JNA), devenue durant la guerre une armée des Serbes de Bosnie (VRS), ont pris position sur les hauteurs, du côté où la rivière Drina fait frontière avec les montagnes de Serbie.

En face de Brakovci, on voit la route qui reliait, à l’époque médiévale, Srebrenica, le deuxième centre minier de la région (srebro signifie argent en langue locale) à Raguse (Dubrovnik) pour y acheminer l’argent, le plomb, le cuivre, le zinc en partance vers Venise. Très beau paysage.

L’engrenage

De nombreux réfugiés fuyant les combats et les villages en feu arrivent à Brakovci, en même temps que les rumeurs de massacres perpétrés sur la population bosniaque, dès avril 1992. Une résistance spontanée s’organise parmi les villageois assiégés. Elle durera jusqu’en juillet 1995.

Šaban y participe. Il se souvient de l’engrenage: «Nous n’avions aucune arme, l’armée serbe contrôlait toutes les voies de communication, c’était impossible de se rendre en zone libre, il fallait trouver des solutions pour se défendre. La nourriture envoyée par les avions américains était périmée, plusieurs personnes ont été écrasées par les palettes…» D’autres détails sont impossibles à raconter ici.

Début juillet 1995, les troupes du général serbe Ratko Mladić resserrent l’étau sur Srebrenica et forcent les villageois à évacuer en hâte. Ceux-ci forment deux colonnes: les femmes (dont la mère de Šaban), les enfants et les vieillards descendent vers Srebrenica pour trouver refuge auprès du bataillon hollandais de la Forpronu à Potočari; l’autre colonne constituée des hommes va tenter de rejoindre à travers forêts Tuzla, la ville la plus proche en zone libre. La suite, on la connaît dans les grandes lignes.

C’est durant cette débandade que Šaban Zukanović, comme tant d’autres, a perdu son père, des membres de sa famille et des amis… «Il y avait des tirs en rafales derrière nous. On s’est séparés dans la forêt. Je ne l’ai plus revu depuis. Je ne sais même pas comment il est mort.»

Une tragique absurdité

Le village de Brakovci comptait 221 habitants au recensement de 1991, dont 217 déclarés Bosniaques (Bulletin n°234 de l'Institut national de statistique de Bosnie-Herzégovine). Aujourd’hui, moins de 10 personnes âgées y vivent. La plupart des maisons, dont la reconstruction a été financée par l’aide internationale, restent vides. D’autres sont toujours en ruine. Non loin de là, l’école primaire de Sućeska, qui réunissait environ 1000 enfants des villages avoisinants, est complètement à l’abandon, malgré sa reconstruction financée, en 2001, par l’Agence étasunienne pour le développement international. Srebrenica, la ville la plus proche, reste sinistrée.

À Sarajevo, où la vie a repris un peu ses droits, la jeunesse danse, la foule fréquente les rues et les cafés, Šaban se sent mal à l’aise, ses souvenirs lui jouent un mauvais tour: «C’est comme s’il ne s’était rien passé.» Il en souffre comme d’une tragique absurdité. À Fribourg, en Suisse, où le français est devenu sa deuxième langue, Šaban vit depuis quatorze ans avec le statut d’étranger admis provisoirement (livret F, voir explication ci-contre).

Concrètement, cela veut dire qu’il n’a pas le droit de s’installer ou de travailler hors du canton de Fribourg qui lui a octroyé le permis de séjour provisoire. Sans une autorisation spéciale de voyage dans l’espace Schengen, qui lui a été attribuée «pour raisons familiales», Šaban n’aurait pas pu voyager hors de Suisse pour assister à l’enterrement de son père.

Šaban Zukanović

1973, naît à Brakovci, Bosnie-Herzégovine.

1990-1997: service militaire et guerre.

1997: déserte et arrive en Suisse.

1998-2010: exerce divers emplois sans qualification.

2003 et 2009: champion suisse de powerlifting SDFPF.

2007 et 2008: joue dans deux films d’auteurs suisses.

Fin de l'infobox

Bosnie-Herzégovine

Deux entités. La République de Bosnie-Herzégovine, placée sous la tutelle d’un Haut-Représentant désigné par l’ONU, est constituée depuis les Accords de Dayton (1995) de deux entités autonomes, la Fédération de Bosnie-Herzégovine ou Fédération croato-musulmane (51% du territoire), et la République serbe de Bosnie ou Republika Srpska (49%).

Sarajevo en est la capitale.

Bosniaque? Les habitants sont les Bosniens. Les Bosniaques, eux, sont membres de la communauté musulmane.

Entité croate? Les Serbes vivent en majorité dans la Republika Srpska, et les Bosniaques dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine. Dragan Covic, leader du parti Union démocratique croate (HDZ), a demandé la création d’une entité fédérale pour les ressortissants de la communauté croate.

Fin de l'infobox

Livrets pour l’asile

Livret pour requérants d’asile (N): délivré dans l'attente d'une décision sur la demande d'asile. Pas de droit au changement de canton ni au regroupement familial. L'emploi est soumis à autorisation. Soit le requérant reçoit une décision négative avec renvoi, soit il se voit accorder l'asile et reçoit un permis de séjour B . Après cinq ans, il reçoit un permis d'établissement.

Livret pour étrangers admis provisoirement (F): Quand un renvoi est impossible (absence de documents), illicite (non conforme au droit) ou inexigible (guerre, violence, détresse médicale…). Pas de droit au changement de canton. L’autorisation d’exercer une activité lucrative peut être accordée. Regroupement familial possible trois ans après l’admission provisoire, prononcée en général pour douze mois, renouvelable. Après cinq ans de séjour, les demandes d’autorisation de séjour sont examinées de façon approfondie.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×