Inondations au Pakistan: l'aide s'organise enfin

Les pires inondations de l'histoire du Pakistan ont tué 1500 personnes et fait 3,2 millions de sinistrés. Selon le Programme alimentaire mondial, 1,8 million de personnes ont besoin de nourriture. De son côté, la Suisse se mobilise.

Ce contenu a été publié le 03 août 2010 - 17:45

Le Pakistan a lancé mardi une nouvelle alerte aux inondations alors que 3,2 millions de personnes sont déjà sinistrées à la suite des pluies diluviennes de la mousson, dans le nord-ouests du pays. Les autorités redoutent une catastrophe sanitaire.

Ce chiffre a été avancé par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), dont 1,4 million d'enfants. L'organisation onusienne a pu réparer 73 puits et appuyé la mise en place de 24 camps médicaux qui devraient bénéficier à environ un million de personnes.

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM) à Genève, 1,8 million de personnes ont besoin de nourriture et ce pendant «au moins un mois».

De son côté, la Confédération a regretté cette «tragédie» et expédié de l'aide d'urgence pour environ 12'000 personnes. Jusqu'ici, «le gouvernement pakistanais n'a encore lancé aucun appel», selon le Département fédéral des affaires étrangères.

Les oeuvres d'entraide suisses se mobilisent aussi. Caritas a débloqué 200’000 francs, la Croix-Rouge suisse ainsi que l'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) 100 000 francs chacune pour l'aide d'urgence.

D'autres organisations sont sur le terrain, comme l'EPER et l'Armée du Salut. La Chaîne du Bonheur a ouvert un compte pour venir en aide aux victimes (voir ci-contre).

swissinfo.ch et les agences

Chaîne du bonheur

Un compte a été ouvert pour venir en aide aux victimes du Pakistan.

Les dons peuvent être versés sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention «Inondations Asie» ou sur le site www.bonheur.ch.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article