Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Mon «ami», le Conseil fédéral...

Une nouvelle façon pour le gouvernement suisse d'aller à la rencontre de la population.

(Keystone)

Les internautes peuvent désormais approcher virtuellement les membres du gouvernement suisse grâce au site de réseautage social Facebook.

Un étudiant en économie de Neuchâtel a en effet introduit le profil des sept ministres sur le site. Les autorités sont au courant, mais n'ont pas réagi officiellement.

C'est Bertil Suter qui est à l'origine de la socialisation virtuelle des ministres helvétiques sur Facebook. Cet étudiant en économie a crée leur profil après avoir constaté que d'autres Suisses étaient très populaires sur ce réseau.

Et Bertil Suter de citer Roger Federer, en admettant ne pas savoir si le numéro un du tennis mondial contrôle lui-même son profil.

«Aucun politicien helvétique important n'a d'existence sur Facebook, a-t-il expliqué à swissinfo. Mon initiative est une manière de rendre la politique de ce pays plus vivante sur Internet.» Il constate en effet que les sites de la plupart des politiciens et des partis politiques se caractérisent par leur aspect statique.

L'administration au courant

Jusqu'ici, l'initiative de Bertil Suter n'a suscité aucune réaction officielle de la part des autorités. Mais l'administration fédérale est au courant puisque l'étudiant a pris soin de l'informer et l'a priée de lui faire part d'éventuelles objections.

Aussi longtemps que le contenu des profils n'est ni diffamatoire ni manifestement faux, sa mise en réseau des conseillers fédéraux sur le net n'est pas problématique, s'est vu répondre l'étudiant.

A sa connaissance, c'est la première fois qu'un gouvernement dans son intégralité fait son apparition sur Facebook. Quelques ministres d'autres pays s'y sont cependant offert un profil, à l'instar par exemple de Valérie Pécresse, la ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Pour Bertil Suter, Facebook représente surtout une chance pour les ministres suisses de rencontrer des gens, ce qu'ils admettent ne pas faire assez.

Sensibiliser les internautes

Aux Etats-Unis et en Australie, les politiciens ont utilisé Facebook et d'autres sites de réseautage social lors de la course aux élections. Mais, selon les spécialistes, intéragir en ligne avec des électeurs potentiels ne se traduit pas forcément par un succès dans les urnes.

En créant le profil du gouvernement suisse, Bertil Suter n'avait pas en tête une visée électoraliste – pour mémoire, les élections du Parlement suisse ont eu lieu en octobre. Il avait plutôt l'intention de donner plus de visibilité à la politique suisse et d'y sensibiliser le plus important groupe d'utilisateurs de Facebook, c'est-à-dire les moins de 30 ans.

«Mon but est d'entrer en contact avec des gens qui ne lisent pas forcément les journaux, ajoute-t-il. La page consacrée au gouvernement suisse pourrait devenir une plate-forme de discussions centrée sur la politique suisse. Cela pourrait inciter certaines personnes à consacrer plus de temps à la politique.»

Bertil Suter, qui préfère garder ses opinion politiques pour lui et n'est affilié à aucun parti, indique que le but qu'il s'est pour l'instant fixé est de convaincre le plus d'internautes possibles de devenir des «amis» - comme se nomment les membres de ce réseau social virtuel – des ministres suisses.

Conseil fédéral

Le Conseil fédéral est le nom donné au gouvernement fédéral suisse. Il est composé de sept membres appelés conseillers fédéraux qui sont élus par ...

Calmy-Rey et Leuenberger au top

Jusqu'ici, c'est le profil de la ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey qui a suscité le plus grand intérêt, suivi par celui du ministre de l'Intérieur Pascal Couchepin. Un classement, qui, selon Bertil Suter, peut s'expliquer par la manière dont les médias francophones parlent de l'action du Valaisan.

Pour ce qui est de la sphère alémanique, c'est le ministre des Transports, de l'Environnement et de la Communication, Moritz Leuenberger - lequel a déjà son propre blog sur Internet – qui rassemble le plus grand nombre d'«amis» virtuel.

Bertil Suter précise que jusqu'ici, le 99% des réactions qu'il a reçues étaient positives, l'encourageant à prendre contact avec les ministres. Il espère convaincre au moins l'un d'entre eux de prendre possession de son profil et d'intéragir avec ses nouveaux «amis». Il reconnaît cependant que leur agenda chargé représente un obstacle de taille.

«Ils doivent comprendre que mettre à jour leur profil ne leur prendrait qu'une demi-heure par semaine», insiste-t-il.

swissinfo, Scott Capper
(Traduction de l'anglais: Carole Wälti)

Réseau social

Un réseau social est un ensemble d'entités sociales - individus ou organisations sociales - reliées entre elles par des liens.

Généralement, les réseaux sociaux sont utilisés pour encourager différents types d'activités, commerciales ou sociales, voire une combinaison des deux.

Parmi les sites les plus connus, il faut citer Myspace et Facebook. Ce dernier possède environ 200'000 utilisateurs en Suisse. 80% d'entre eux ont moins de 30 ans.

Les internautes ont recours à ces sites pour rester en contact avec des amis, rencontrer de nouvelles personnes, insérer des photos ou encore partager des liens et des vidéos.

Quant au site Digg, il est plutôt axé sur le «social bookmarking». Il permet de stocker les liens vers n'importe quels sites ou blogs, de les classer, les évaluer, les commenter ou les chercher, et ce via n'importe quel ordinateur.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×