Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Perturbés par l’homme, les chamois se meurent

L’existence du chamois, petit frère du bouquetin, est menacée dans la région de l’Alpstein, à l’est de la Suisse. Leur nombre a diminué de moitié entre 1988 et 2007 dans le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieur.

De nombreux visiteurs en provenance de Suisse et de l’étranger viennent observer les chamois, le gibier et les marmottes de la région de l’Alpstein. Peut-être sont-ils trop nombreux, estiment les responsables régionaux de la chasse et de la pêche.

La raison de la diminution brutale de la population de chamois est certainement due à l’utilisation abusive de leur espace vital. Parapentistes, adeptes de la raquette ou des différentes pratiques du ski chassent en effet les chamois dans des zones plus élevées où la nourriture se fait plus rare.

En 2008 et 2009, un nombre important de décès de chamois a été observé. Malgré une progéniture très nombreuse, peu ont survécu au premier hiver. Des cadavres ont été retrouvés dans les ruisseaux. Certainement apeurés, les chamois ont fui dans les cours d’eau mais n’ont pas réussi à sortir vivant des ravins abruptes.

«Les chamois ont besoin de calme lorsqu’ils ruminent, sans quoi ils ne peuvent pas constituer de réserve suffisante de graisse. Ils sont extrêmement sensibles aux perturbations», affirme Alfred Moser, responsable de la pêche et de la chasse du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures. De nombreux animaux ont succombé à une pneumonie.

Dans les cantons voisins d’Appenzell Rhodes-Extérieures et de Saint-Gall, on met toutefois en garde contre une dramatisation de la situation. Les raisons de la diminution de la population des chamois ne sont pas claires. Il existe tout au plus des signes montrant que certaines maladies combinées à des perturbations pourraient en être la cause.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×