Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ylenia est morte empoisonnée au toluène

Le corps d'Ylenia avait été retrouvé le 15 septembre dans une forêt, à 30 km du lieu de son enlèvement.

(Keystone)

La petite Ylenia est morte empoisonnée au toluène, un hydrocarbure utilisé notamment comme solvant. C'est ce qu'ont annoncé lundi les autorités d'enquête pénale saint-galloises.

Tout indique par ailleurs que la fillette de 5 ans enlevée le 31 juillet a été tuée par son ravisseur présumé pour des motifs sexuels.

Le meurtrier d'Ylenia était un «dangereux, calculateur et il a agi avec beaucoup de sang froid», a indiqué lundi Erich Feineis, le juge d'instruction en charge de l'enquête. L'homme de 67 ans a préparé son crime durant plusieurs semaines.

Le 10 juillet, le lendemain du retour de sa femme en Espagne, il a acheté le solvant dans un grand centre commercial de la région zurichoise. Dans un autre, il s'est procuré le jour suivant une pelle et une scie, comme le prouvent les tickets de caisses que les enquêteurs ont retrouvés.

Une semaine plus tard dès le 16 juillet, le meurtrier présumé s'est rendu à plusieurs reprises en Suisse orientale. Il a photographié trois jeunes filles dans les cantons de St-Gall et de Zurich.

Le 12 ou le 23 juillet, l'homme a été retirer un revolver dans son coffre à la Banque cantonale thurgovienne. Il disposait ainsi de deux armes à feu, ayant déjà emporté de son domicile espagnol une arme artisanale ainsi qu'un spray au poivre et un appareil à électrochocs.

Du 17 au 20 juillet, il était à Appenzell. Rien n'indique toutefois qu'il ait eu des contacts avec Ylenia avant de l'enlever le 31 juillet devant la piscine de cette ville.

Par contre, le fait qu'il avait des armes et une pelle indique qu'il planifiait un meurtre, estime le juge. Il semble toutefois qu'il n'ait décidé de se suicider qu'après avoir été surpris par un témoin, sur lequel il a tiré.

Tout l'accuse

Selon les éléments à disposition des enquêteurs, le meurtrier présumé a d'abord utilisé un diluant pour étourdir la fillette et l'enlever. Elle est finalement morte d'un empoisonnement au toluène.

Tout converge pour accuser cet homme. Il avait des penchants pédocriminels, même si son entourage n'était pas au courant et s'il ne les avait pas extériorisés.

Les indices permettent de retenir la thèse du crime à motif sexuel. Même si les analyses médico-légales n'ont révélé aucune trace de violence ou d'abus sexuels, des attouchements ne sont pas exclus.

swissinfo et les agences

En bref

Agée de 5 ans et demi, la petite Ylenia a disparu alors qu'elle quittait la piscine d'Appenzell le 31 juillet. Quelques heures plus tard, on a retrouvé quelques affaires de la fillette dans un bois à 30 kilomètres du lieu de sa disparition.

Dans le même bois, les enquêteurs ont trouvé le lendemain le corps d'un homme suicidé. Dans sa camionnette, des objets appartenant à Ylenia.

Le corps de la fillette a été retrouvé dans la même forêt 47 jours plus tard, au cours d'une battue organisée par de simples citoyens. Il ne présentait ni trace de violence ni d'abus sexuels.

Le 19 novembre, les autorités d'enquête pénale saint-galloises communiquent qu'Ylenia a été empoisonnée au toluène.

Cette tragédie a soulevé une vague d'émotion à travers le pays et dans les médias. La famille de la petite a créé une fondation, pour aider les enfants vivant dans la détresse. Un mois après son lancement, elle a déjà récolté pour 100'000 francs de dons. Son but: soutenir des lieux de formation comme des écoles ou des foyers.

Les chefs des polices cantonales discutent actuellement de la création d'un dispositif d'alerte nationale. La question a été soulevée au Parlement et une pétition circule également en ce sens. Le ministre de Justice et Police Christoph Blocher a promis une décision pour le printemps prochain.

Fin de l'infobox

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.