Solar Impulse se dévoile en grandeur nature

Le prototype de l'avion solaire qui devra pouvoir voler jusqu'à 13'000 mètres, jour et nuit sans émission de CO2. Keystone

Bertrand Piccard a présenté vendredi sur l'aérodrome de Dübendorf (canton de Zurich) son avion solaire qui doit faire le tour du monde sans escale et sans carburant en 2011. Aussi large qu'un Airbus A380, le prototype ne possède qu'une seule source d'énergie: des cellules photovoltaïques qui recouvrent ses ailes.

Ce contenu a été publié le 26 juin 2009 - 15:12

«Ce qui était hier un rêve est aujourd'hui un avion et demain un ambassadeur», a lancé le psychiatre et aventurier suisse auteur du premier tour du monde en ballon sans escale. Selon lui, la plus grande aventure du 21e siècle est de s'affranchir de la dépendance des énergies fossiles.

Avec son projet Solar Impulse lancé en 2003, il entend montrer que cette indépendance est possible. Si nous le prouvons avec un avion, personne ne pourra plus prétendre que ce n'est pas possible avec des automobiles, des ordinateurs et du chauffage, a-t-il lancé.

Parmi les quelque 800 participants à la présentation se trouvait le prince souverain Albert II de Monaco et le ministre suisse de l'environnement, des transports et de l'énergie Moritz Leuenberger. Cet avion prouve que nous pouvons changer le monde si seulement nous le voulons, a souligné ce dernier.

Bertrand Piccard a mis en vedette ses principaux parrains vendredi. Sur scène, on pouvait voir Josef Ackermann, patron de la Deutsche Bank, se faire photographier devant le prototype de 61 mètres d'envergure.

Avec la collaboration du cofondateur du projet et ingénieur André Borschberg, Bertrand Piccard entend réaliser son tour du monde en 2011. Le premier vol test n'a pas pu avoir lieu comme prévu en été 2008 mais Bertrand Piccard a bon espoir de tenir le délai fixé pour 2011.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article