Navigation

Sommaruga parle de politique migratoire avec son homologue italien

Simonetta Sommaruga a reçu à Zurich le ministre italien de l'intérieur Marco Minniti. KEYSTONE/WALTER BIERI sda-ats
Ce contenu a été publié le 12 juin 2017 - 17:16
(Keystone-ATS)

Simonetta Sommaruga a reçu lundi à Zurich le ministre italien de l'intérieur Marco Minniti. Les deux ministres se sont entretenus de questions actuelles touchant à la politique migratoire et ont visité le centre pilote pour les procédures d'asile accélérées.

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) et M. Minniti ont parlé notamment de la situation tendue en Méditerranée centrale et en Libye, a indiqué lundi le DFJP dans un communiqué.

La conseillère fédérale a loué les efforts déployés par l'Italie aux niveaux national et international pour maîtriser les flux migratoires. Malgré le grand nombre de sauvetages et de débarquements sur ses côtes, l'Italie est parvenue à enregistrer tous les migrants et à leur assurer un hébergement.

Rien qu'au cours des dernières semaines, plusieurs milliers de personnes sont arrivées dans le sud de l'Italie après avoir traversé la Méditerranée. L'Italie doit s'occuper pour ainsi dire seule de cette situation difficile en Méditerranée centrale et elle opère souvent à la limite de ses capacités, précise le communiqué.

Engagement commun

Madame Sommaruga a réitéré la disponibilité de la Suisse à participer, à l'avenir également, à des initiatives communes, en vue notamment de stabiliser la situation en Libye. La Suisse s'engage ainsi aux côtés de l'Italie, de cinq autres pays européens et de deux pays d'Afrique du Nord au sein du groupe de contact Méditerranée centrale.

Les neuf pays situés sur la route méditerranéenne centrale, qui se sont réunis pour la première fois en mars de cette année, peuvent selon M. Sommaruga jouer un rôle stratégique important pour la recherche de solutions.

Les échanges ont aussi porté sur des mesures qui permettent de faire face à une hausse éventuelle des flux migratoires pendant l'été, plus spécifiquement de la lutte contre les réseaux de passeurs et d'options envisageables pour encourager le retour volontaire de personnes qui n'ont pas droit à une protection en Europe.

Le ministre italien a dit compter sur un engagement de toute l'Europe en faveur d'une politique d'asile commune solidaire et espérer la mise en œuvre rapide de mesures concrètes.

Visite du centre-pilote

Une visite du centre-pilote de procédures accélérées de Juch-Areal, à Zurich-Altstetten, était aussi au programme de la rencontre bilatérale. Monsieur Minniti a obtenu des informations de première main sur les nouvelles procédures - acceptées par la population suisse en 2016 -, en particulier sur le fonctionnement de la représentation juridique indépendante, les conseils en vue du retour et les rapatriements des requérants déboutés.

La conseillère fédérale a expliqué à son homologue italien que les expériences faites à Zurich étaient très positives, indique le communiqué. Selon une analyse indépendante, les demandes sont traitées nettement plus rapidement et le taux de recours reste faible.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.