Sondage: petit oui à l'ouverture des frontières

Les contrôles douaniers, ici à la frontière germano-suisse, pourraient bientôt être supprimés. Keystone

Une majorité de Suisses soutient Schengen/Dublin et l'extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux pays de l’Union européenne.

Ce contenu a été publié le 23 janvier 2005 - 12:44

Si les référendums lancés aboutissent, les deux objets devraient être soumis au peuple cette année lors de deux votations séparées.

52% des Suisses sont favorables à l'extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux Etats membres de l'Union européenne, selon un sondage réalisé entre jeudi et samedi par Isopublic, paru dimanche dans le SonntagsBlick.

Environ 30% des mille personnes interrogées y sont opposées. 18% sont sans opinion.

L'adhésion à l’accord de Schengen/Dublin, qui mènera à la quasi-suppression des contrôles des personnes à la frontière, est plus nette: 65% des sondés se sont déclarés prêts à l'accepter. 14% ne veulent pas de l'accord. 21% ne se sont pas prononcés.

Les opposants

Si les référendums aboutissent, les deux objets devraient être soumis au peuple lors de deux votations séparées (5 juin pour Schengen, 25 septembre pour l’extension). Les comités référendaires ont jusqu’au 31 mars pour récolter les 50’000 signatures nécessaires.

L'association à l'espace européen de Schengen est combattue par l'Union démocratique du centre (UDC, droite dure) et l'Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN).

L'extension de la libre circulation des personnes est remise en cause par un référendum des Démocrates suisses, soutenu par l'UDC, et un autre référendum lancé par une partie de l'extrême gauche - qui craint une détérioration des conditions de travail.

Base de l’UDC divisée

La base de l'Union démocratique du centre (UDC, droite dure) est en phase avec son parti sur l'extension de la libre circulation. Elle dit non à 61% (24% oui).

En revanche, elle est beaucoup plus divisée pour Schengen, où l'UDC mène pourtant l'opposition: elle dit oui à 41% et non à 36%, selon le sondage.

swissinfo et les agences

Faits

Les votations du 5 juin et du 25 septembre n’auront lieu que si les comités référendaires parviennent à récolter les 50'000 signatures d'ici le 31 mars.
Schengen/Dublin est combattu par l'UDC (droite dure) et l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN).
L’extension de la libre circulation est menacée par un référendum des Démocrates suisses, soutenu notamment par l'UDC, et par un autre référendum lancé par une partie de l'extrême gauche.

End of insertion

En bref

- Schengen favorise la libre circulation des personnes (suppression des contrôles aux frontières internes), tout en améliorant la sécurité (entraide judiciaire et coopération policière).

- Dublin concerne l’asile. Dans l’Union européenne, un requérant n’a le droit d’introduire qu’une seule demande d’asile.

- A l’écart du système Dublin, la Suisse deviendrait la seule alternative pour les réfugiés déboutés en Europe occidentale.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article