Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

South African Airways sauvé in extremis à Zurich

(Keystone Archive)

Le sort de South African Airways (SAA) s'est joué, en janvier dernier, à Zurich. Le président sud-africain Thabo Mbeki est parvenu, au cours d'une réunion tenue secrète, à convaincre Swissair, lourdement endetté, de garder ses parts dans la compagnie sud-africaine.

Selon le journal sud-africain Business Day de vendredi, le chef de l'Etat sud-africain est intervenu personnellement pour sauver la mise à SAA. Thabo Mbeki s'est rendu secrètement à Zurich, après avoir participé au Forum économique mondial de Davos, en janvier dernier.

Thabo Mbeki aurait notamment rencontré Moritz Suter, qui dirigeait, à l'époque, la division aérienne de Swissair. Peu après, le groupe helvétique avait fait savoir qu'il maintenait sa participation de 20%, acquise en mars 1999 dans la compagnie sud-africaine SAA. Mais en plus, Swissair étendait, jusqu'à la fin de l'année, son option de la faire passer à 30%.

Jusqu'à présent, Swissair n'a pas eu à se plaindre de sa filiale sud-africaine, qui a affiché un profit net de 77 millions de francs suisses en 2000. Mais ces bons résultats sont, aujourd'hui, remis en cause. Notamment suite à des révélations, rendues publiques cette semaine, sur les émoluments faramineux de Coleman Andrews, directeur de la compagnie jusqu'en mars dernier.

En vingt mois, cet Américain a perçu 51 millions de francs de rémunération. Il avait également des intérêts dans des sociétés de consultants américaines, qui ont obtenu des contrats pour plus 60 millions.

Enfin, M. Andrews a favorisé Boeing, au détriment d'Airbus. Mercredi, devant le Parlement, le ministre sud-africain des Transports, Jeff Radebe, a dénoncé le manque de contrôle exercé par les administrateurs de SAA.

Il s'en est pris particulièrement à Saki Macozoma, le président à l'époque du holding public de transports, qui a signé ces contrats juteux et illégaux. Ce dernier a répondu que les plus hautes autorités du pays étaient au courant. Le ministre a ordonné une enquête.

Valerie Hirsch, Johannesburg


Liens

×