Sport méconnu, l'unihockey se dévoile à Berne

Match de unihockey féminin entre Buelach et Kloten. Keystone Archive

Les 4e championnats du monde dames d'unihockey ont débuté dimanche à Berne, Gümligen et Wünnewil. 10'000 spectateurs sont attendus.

Ce contenu a été publié le 14 mai 2003 - 19:57

Ce sport, souvent ignoré des médias suisses, connaît depuis deux décennies une ascension fulgurante.

Que de chemin parcouru par ce sport appelé aussi «floorball» sous d'autres latitudes.

Né quelque part sur le territoire nord-américain dans les années 50, l'unihockey est apparu au grand public en 1976 dans le Michigan à l'occasion du premier tournoi jamais organisé. Il se jouait alors avec une canne et un palet en plastique.

Importé sur le Vieux-Continent par des étudiants suédois, il a connu une traversée de l'Atlantique qui ne s'est pas faite sans dommage pour le palet. Ce dernier a cédé sa place à la balle blanche percée.

Un boom vertigineux

En Suisse, c'est un professeur de sport bernois qui en est le père. Dès 1973, Rolf Wiedmer s'est chargé de développer des règles pour la pratique d'un hockey en salle à l'attention de ses élèves.

Tout s'est ensuite emballé. En 1982, le premier championnat est mis sur pied. Trois ans plus tard, l'Association suisse d'unihockey (ASUH) est fondée à Sarnen.

Aujourd'hui, 23 500 licenciés, répartis dans plus de 400 clubs, s'adonnent à l'unihockey. Seuls le football (210 000) et le volley-ball (30 000) font mieux.

Renato Orlando, actuel président de l'ASUH, explique les raisons de ce boom. «C'est un sport facile à apprendre et pas cher», explique-t-il. «Mais surtout, il peut se jouer tant par les messieurs que les dames, les adultes que les enfants.»

La Suisse romande à la traîne

Curieusement, la Suisse romande est restée peu sensible aux charmes de l'unihockey.

«C'est un phénomène peu compréhensible», s'interroge Renato Orlando. Comme si par définition, le handball et l'unihockey était réservé aux Alémaniques et le basket-ball aux Latins»

Le président de l'ASUH et son administration ne restent néanmoins pas les bras ballants. «Nous lançons régulièrement des campagnes dans les écoles suisses romandes afin de sensibiliser les enfants», souligne-t-il.

«Nous avons également récemment organisé un match international des moins de 21 ans à Morges. 350 spectateurs ont fait le déplacement. L'espoir est donc permis.»

Un sport planétaire

Sur l'échiquier européen, la Suisse est une des trois pionnières de l'unihockey. En compagnie de la Suède et la Finlande. En 1986, ces trois pays ont créé l'Association internationale de floorball (IFF) à Huskvarna (Suède).

Depuis, 28 autres nations ont rejoint l'IFF. L'Europe y est fortement représentée. Et en demeure le noyau dur. Mais les autres continents se font gentiment une place.

Il y a les Etats-Unis, le Canada et le Brésil du côté des Amériques, le Japon, Singapour, la Malaisie et l'Inde à l'Est, et enfin l'Australie et la Nouvelle-Zélande en Océanie.

En 2003, quelque 200'000 joueurs licenciés sont ainsi recensés dans le monde par l'IFF. Dont plus de 100'000 en Suède et 35 000 en Finlande.

«Ces deux pays disposent d'infrastructures tout simplement fantastiques», admet, envieux, Renato Orlando. Et le président de rajouter. «Mais c'est aussi une question d'offre en matière de sport. En Suisse, plus de 80 activités sportives sont proposées, en Suède seulement 60.»

Jusqu'au 24 mai

Dès ce dimanche, et jusqu'au 24 mai, la Suisse sera donc sur les devants de la scène internationale. Elle accueille dans la région bernoise les 4e championnats du monde dames d'unihockey, les premiers sur sol helvétique.

«Quelques 10'000 spectateurs sont attendus durant la semaine, dont 24'000 pour la finale», se réjouit Renato Orlando, également président du CO de ces joutes.

«Pour l'occasion, sept caméras de la Schweizer Fernsehen suivront l'évènement, jubile-t-il. Ce sera une grande première.»

L'unihockey n'a en effet jamais suscité autant d'intérêt de la part des médias suisses en général et télévisés en particulier.

Et le président d'insister. «Il est primordial que l'unihockey se fasse un nom dans la presse. Pour cela, nous avons également décidé d'assurer l'organisation des championnats du monde messieurs à la patinoire du Schluefweg à Kloten en 2004 et la Coupe d'Europe à Bâle et Zurich en 2005.»

swissinfo, Raphael Donzel

En bref

- Né en Amérique du Nord dans les années 50, l'unihockey a été importé en Suisse via la Suède par un professeur de sport bernois Rolf Wiedmer en 1973.
- Avec 23'500 licenciés, l'unihockey se classe au troisième rang des sports collectifs en Suisse.
- La Suisse romande n'est encore que peu touchée par le boom de ce sport.
- La Suisse est membre fondateur de la Fédération internationale de floorball au même titre que la Suède et la Finlande.
- La Suisse organisera coup sur coup les championnats du monde dames en 2003, messieurs en 2004 et la Coupe d'Europe en 2005.
- 10 '000 spectateurs sont attendus durant les championnats du monde féminins 2003 à Berne, Gümligen et Wünnewil. En 1996, lors de la finale des championnats du monde messieurs entre la Suède et la Finlande, 15 016 spectateurs avaient garnis le Globe Arena de Stockholm.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article