Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sri Lanka: des ex-enfants soldats réapprennent la paix

Vinodhan a délaissé la kalashnikov pour une batte de cricket.

(swissinfo.ch)

Dans sa lutte contre le gouvernement sri lankais, le mouvement des tigres tamouls a enrôlé des milliers d'enfants soldats pendant des années. swissinfo.ch s'est rendu dans l'un des camps de réhabilitation mis en place par les autorités de Colombo.

Depuis 2003, l'UNICEF a recensé plus de 6000 enfants soldats. Leur nombre était sûrement beaucoup plus élevé: la plupart des adolescents recrutés sont morts au combat...

«On était totalement sous le contrôle des chefs. Quand ils disaient 'feu', on tirait. C'est comme ça que j'ai vu 10 hommes tomber en face de moi sous mes balles». Vinodhan* a 17 ans, il a passé 4 ans sur la ligne de front avec les tigres tamouls. Aujourd'hui, il nous raconte son histoire, naturellement, sans timidité. «Après avoir tiré, je me sentais coupable d'avoir tué un homme», avoue-t-il.

Nous sommes à Ambepusse, l'un des trois centres de réadaptation pour enfants soldats du Sri Lanka, en pleine jungle, à deux heures de route de Colombo, la capitale.

Le lieu n'a rien d'une colonie de vacances: l'encadrement est surtout composé de militaires, des hommes dans des guérites surveillent les environs et des barbelés entourent les trois hectares du camp. Une centaine d'adolescents, filles et garçons, vivent actuellement à Ambepusse.

Notre visite a lieu un samedi matin, l'ambiance est à la détente. Les jeunes jouent au cricket et au volley. Un militaire s'est même joint à l'une des équipes. Pendant toute la durée du reportage, les responsables nous laissent libres d'interroger les adolescents. Leurs témoignages servent en effet le message du gouvernement: ils rappellent les atrocités commises par les tigres tamouls au cours de la guerre.

Une âme d'enfant

Vinodhan nous emmène dans les dortoirs: des baraques au toit en tôle, où se serrent une douzaine de lits. Le jeune homme a été enlevé de force à sa famille, alors qu'il n'avait que treize ans et son seul rêve est de revoir les siens: «Quand j'étais avec les tigres tamouls, se souvient-il, je passais mon temps à chercher une occasion pour m'enfuir... »

Après une attaque ratée, il réussit à leur fausser compagnie et se rend à l'armée. Depuis un an, il se trouve dans ce camp. Le garçon a le droit d'appeler ses parents une fois par mois. Comme pour tous les autres ex-enfants soldats, c'est le CICR qui a retrouvé sa famille dans un camp de réfugiés dans le nord du pays.

Selon la législation sri lankaise, les mineurs comme Vinodhan ne sont pas considérés comme des criminels, mais comme des victimes. «L'objectif du centre, c'est de les préparer à leur sortie», explique le Major Fernando, responsable de l'encadrement. «Le matin ils ont cours d'anglais, mathématiques et cinghalais, la principale langue du pays. Et l'après-midi, atelier couture, maçonnerie ou électricité.»

La durée de la réadaptation est jugée au cas par cas, en fonction des progrès et de l'environnement familial. En général, les adolescents partent au bout d'un ou deux ans.

Prisonniers du discours des chefs

Parmi les jeunes, nous apercevons deux garçons plus âgés, en attente d'un visa pour partir travailler en Malaisie ou dans les Emirats. Leurs noms de guerre: Seiko et Karen. Eux se sont engagés volontairement à l'âge de treize ans et ont fait carrière dans la guérilla. «D'anciens camarades de classe avaient été enrôlés quelques mois plus tôt. Un jour, ils sont venus dans mon école avec leurs uniformes et leurs fusils... c'est comme ça qu'ils m'ont donné envie de m'engager», explique Karen, 23 ans.

«Pour moi, ça s'est passé pareil. Le commandant a passé un film devant ma classe, on y voyait tous les crimes commis par les Cinghalais, il nous a expliqué qu'on devait s'engager pour défendre notre culture», confirme son camarade Seiko, 27 ans.

Les deux garçons ont servi sur le même front, participé aux mêmes batailles, avant de s'enfuir. «Dans les zones contrôlées par les tigres, on n'avait ni télévision ni journaux. Nous étions prisonniers du discours des chefs, poursuit Seiko. C'est seulement lorsque j'ai reçu la formation d'officier que j'ai eu le droit de regarder la télévision. J'ai découvert que Cinghalais et Tamouls vivaient en paix dans d'autres régions, à partir de là j'ai arrêté d'y croire et j'ai cherché à fuir.»

Un combattant par famille

Les tigres tamouls n'ont jamais caché qu'ils enrôlaient des enfants soldats – garçons et filles. «Chaque famille devait donner un enfant», raconte Anushiwa, une jeune fille craintive. «Moi, je les ai rejoint à 16 ans et comme ça ma sœur a pu rentrer à la maison.»

Selon ses dires, la règle a changé dans les derniers mois de la guerre: «Vers la fin, ils recrutaient tous les adolescents qu'ils rencontraient, même s'ils étaient de la même famille. »

Parmi les 40 adolescentes accueillies à Ambepusse, certaines ont donc participé aux dernières heures des combats. A 17 ans, Puvitha, a été enlevée à sa famille en mars dernier. «On a reçu une formation militaire de trois semaines avant d'être envoyés au combat. Des 950 jeunes envoyés se battre, seulement 150 sont revenus vivants!»

Trop dangereux

Cette adolescente souriante a eu beaucoup de chance. La fin de la guerre civile sri lankaise a été particulièrement violente. Les organisations humanitaires accusent le gouvernement d'avoir bombardé en masse les quelques kilomètres carrés où s'étaient retranchés rebelles, civils et enfants soldats.

Même le délégué du CICR à Colombo – l'institution la plus mesurée dans ses propos - reconnaît que les derniers jours, ses employés n'ont rien pu faire: «Les combats étaient trop intenses pour permettre à nos équipes de débarquer de la nourriture et d'embarquer des blessés. C'était même trop dangereux pour les équipes sur place de sortir de leurs abris... ». Aujourd'hui, la victoire contre les tigres tamouls a été officiellement déclarée. Les anciens enfants d'Ambepusse espèrent pouvoir reprendre une vie normale.

Clémentine Mercier, Ambepusse, swissinfo.ch

* Pour protéger leur anonymat, les noms des enfants ont été modifiés.

Contexte

Enfants soldats: Les tigres tamouls ne se sont jamais cachés d'enrôler des enfants soldats. Combien ont combattu en 25 ans de guerre? Difficile de le savoir. L'UNICEF a recensé 6000 survivants depuis 2003. Sans doute beaucoup plus sont morts dans les combats.

Situation: Depuis la fin des combats, le Sri Lanka doit faire face à la plus grave crise humanitaire de son histoire. L'armée a regroupé dans le nord du pays 250'000 civils déplacés par la guerre dans de gigantesques camps de réfugiés.

Polémique: Les déplacés tamouls ne sont pas libres de sortir de ces camps. Les autorités craignent que des rebelles se soient cachés parmi eux. L'armée a mis en place des contrôles pour vérifier l'identité de chaque réfugié. De même, les observateurs indépendants, humanitaires ou journalistes, ne peuvent accéder à ces camps que sous le contrôle de l'armée.

Crimes de guerre: Le gouvernement est soupçonné par la communauté internationale d'avoir continué les tirs d'artillerie lourde jusqu'aux dernières heures de la guerre contre les positions des tigres - alors que des milliers de civils se trouvaient piégés dans la zone des combats. Les bombardements auraient fait jusqu'à 20'000 morts. Colombo se refuse à toute ouverture d'une enquête indépendante.

Fin de l'infobox

Le CICR va réduire ses activités au Sri Lanka

Colombo a demandé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de réduire ses activités, selon un communiqué paru jeudi.

La première étape consistera à fermer les bureaux dans la province de l'Est et à retirer le personnel expatrié, a indiqué Jacques de Maio, chef des opérations pour l'Asie du Sud.

Le communiqué invoque «la cessation des hostilités entre l'Etat sri-lankais et les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE)».

Fin mai, l'organisation humanitaire avait souligné l'urgence humanitaire, qui n'avait pas été résolue par la fin des hostilités.

Le CICR avait notamment demandé un accès complet à tous les camps de réfugiés au Sri Lanka, où quelques 300'000 déplacés s'entassaient.

Le budget des opérations du CICR au Sri Lanka s'élevait à 30 millions de francs l'année dernière.

Présent depuis 1989 au Sri Lanka, l'organisation humantaire déclarait jeudi vouloir «poursuivre son dialogue avec Colombo sur des questions d'ordre humanitaire.»

Fin de l'infobox
(swissinfo.ch)


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.