Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sunrise dame le pion à Swisscom

Louis Guerrero, chef du service télécommunications du CERN (à gauche) et Jean-Claude Som, directeur de Sunrise pour la Suisse romande.

(swissinfo.ch)

Grâce à un prix inférieur, l’opérateur a remporté l’appel d’offre pour l’installation du nouveau réseau mobile du Centre européen de recherche nucléaire (CERN).

Le laboratoire européen devient ainsi le plus gros client de Sunrise en Suisse. La lutte pour acquérir les grandes entreprises est ouverte.

Un contrat de six ans avec 2700 utilisateurs et de belles perspectives de développements technologiques. Sunrise a décroché la timbale.

L’opérateur a remporté l’appel d’offre international du CERN pour l’installation de son nouveau service de téléphonie mobile.

«Seuls Swisscom et Sunrise ont répondu à notre cahier des charges très pointu et, face à deux soumissions égales techniquement, c’est le prix nettement inférieur de Sunrise qui a fait la différence», explique Louis Guerrero, chef du service télécommunications au CERN. Des montants qui sont confidentiels.

Bataille pour les gros clients

Depuis le 1er janvier, le réseau de Swisscom Mobile, fournisseur du CERN jusqu’à l’an passé, a été remplacé par celui de son rival. Sunrise a déployé 42 antennes à cheval sur la frontière franco-genevoise, un investissement compris entre 10 et 15 millions de francs.

«Le CERN est désormais notre plus important client mobile en Suisse», précise Jean-Claude Som, directeur de Sunrise pour la Suisse Romande. Reste à savoir si cet investissement sera rentable.

«Depuis un an, Sunrise s’attaque au secteur des grandes entreprises en mettant la pression sur les tarifs», révèle un spécialiste du marché. Chez Swisscom, on n’entend pas rester les bras croisés.

«Nous regrettons le départ de tout client et nous étudions les contre-mesures pour parer les attaques frontales de nos concurrents», précise son porte-parole Christian Neuhaus. Voilà qui annonce une belle bataille pour décrocher les contrats des grosses sociétés.

Vaste couverture en France

Au CERN, le réseau de Sunrise suit les 27 km de circonférence du grand collisionneur de hadrons (LHC), dont l’inauguration est prévue en 2007. Grâce à ces antennes, l’opérateur dessert un vaste territoire en France, le long du pied du Jura.

Cette couverture pourrait faire le bonheur des frontaliers actuellement abonnés à un autre opérateur mobile. Lorsqu’ils traversent la frontière, leur téléphone opère en mode roaming (connexion sur un réseau étranger) et toutes les communications, y compris les appels reçus, sont surtaxées.

«En devenant nos clients, ils utiliseront un seul opérateur au tarif national avec à la clef d’importantes économies», explique Jean-Claude Som.

Pas sûr pourtant que les frontaliers fassent le changement, car les antennes des opérateurs français arrosent aussi de nombreux quartiers de Genève, et, en plus, ils proposent des forfaits de communications avantageux.

Un défi technique

Le déploiement de ce réseau est une performance technologique.

Les nouvelles antennes ont été placées en surface et mais aussi à l’intérieur du LHC, ainsi la nouvelle technologie GPRS (service de radiocommunication par paquets) va notamment permettre la transmission rapide d’informations depuis le tunnel vers la base de données sans avoir à poser de câbles.

Les équipements téléphoniques ont dû être installés dans des alvéoles spécialement aménagées à l’épreuve des radiations, car le tunnel sera radioactif dès sa mise en service.

Le LHC devient ainsi l’un des plus longs tunnels européens bénéficiant d’une couverture téléphonique cellulaire. Par ailleurs, le réseau dispose de diverses applications uniques comme une passerelle e-mail/SMS dédiée et une connexion GPRS sécurisée avec authentification et adresse IP fixe des terminaux.

Et les deux partenaires envisagent d’autres développements, notamment pour l’UMTS, la troisième génération de téléphonie mobile.

swissinfo, Luigino Canal

En bref

- Le CERN à Genève est le plus grand laboratoire de physique des particules du monde. Autrement dit c’est là qu’on étudie la matière.

- Créé en 1954, ce fut un des premiers partenariats européens. Il compte désormais 20 Etats membres.

- Le Large Hadron Collider (LHC- un accélérateur de particules) sera l’instrument le plus puissant pour analyser les propriétés des particules jamais construit au monde.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.